L'Observatoire du loup l'affirme, des canidés ont élu domicile aux portes de Paris, dans la banlieue sud de la capitale française. Une information que réfute l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

En collaboration avec l’association Alliance avec les loups, l'Observatoire du loup a mené des observations poussées et a pu relever de nombreux indices: des hurlements entendus dans l'Essonne, une tanière découverte dans les Yvelines, des empreintes repérées après une opération de pistage de cinq heures, etc. Récemment deux cadavres de chevreuils ont été retrouvé dans la forêt de Rambouillet, encore une fois dans les Yvelines, dans la nuit du 28 au 29 décembre. « Le prédateur a brisé la colonne vertébrale de ses proies, éventré le chevrillard et consommé l’épaule de la chevrette. C’est une prédation typique des loups, et surtout nous avons la trace des crocs », explique Jean-Luc Valérie, président de l'Observatoire, dans une interview pour un blog du journal Le Monde.

Du côté de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, chargé du suivi des populations de loups en France, on réfute l'information. "Nous avons expertisé ces chevreuils, croyant à un braconnage. Ils sont en réalité morts de maladie et ont été partiellement consommés par un renard," rétorque Eric Hansen, délégué régional. "Nous savons que le loup va finir par arriver en région parisienne, mais à ce jour, nous ne sommes pas en mesure d’affirmer qu’il y est déjà présent, ni qu’il n’y est pas, puisque nous n’avons pas pu expertiser des données fiables, comme l’écartement des canines ou faire des recherches ADN sur des poils ou des crottes."

Ce qui est certain, au regard de cette polémique, c'est que le loup est bien occupé à remonter la France (et bientôt la Belgique). D'abord réapparu dans les Alpes, dans les années 90, la population lupine serait actuellement proche des 300 individus selon l'ONCFS. Leur population s'agrandit et, avec elle, le nombre de brebis tuées, ce qui met évidemment en colère les éleveurs, principalement dans les montagnes française. Les loups sont une espèce protégée et ne peuvent donc pas être chassés, au grand dam des éleveurs français qui manifestent régulièrement leur colère.