Les refuges débordent de chiens qui ont été abandonnés par leur maître à cause d’un comportement agressif ou d’une morsure. Certaines races sont volontiers pointées du doigt : bergers malinois, american staff et pitbull font partie des coupables idéaux. Mais les petits chiens ne sont pas en reste quand il s’agit de mordre. Selon une enquête INVS relayée par nos confrères du Parisien, le jack russel arrive en effet en troisième position du classement des chiens qui provoquent le plus de morsures. Le teckel, le cocker, l’épagneul et le yorkshire figurent également dans le classement, parmi des chiens au gabarit plus imposant comme le berger allemand, le labrador, le rottweiler ou le pitbull.

"Je n’ai pas fait d’étude poussée sur la question mais j’ai l’intuition que les chiens les plus petits sont ceux qui mordent le plus. C’est juste que les dégâts sont moins importants qu’avec un grand chien. Ça s’explique notamment parce que les petits chiens sont plus souvent manipulés, pris à bras, qu’on respecte parfois moins leurs limites. À la rigueur, certains propriétaires trouvent ça amusant de les voir grogner" , observe Gaëtan Sgualdino, président de la SPA de la Louvière.

Si la taille du chien n’a pas d’impact sur son agressivité, certaines races sont toutefois plus susceptibles d’attaquer que d’autres. "Certaines races de chien sont sélectionnées génétiquement pour leur aptitude à mordre et à maintenir la morsure. C’est le cas des bergers malinois. Prendre ces chiens pour en faire un chien de famille est une aberration. S’ils ne sont pas suffisamment stimulés, ils accumulent de la frustration et ça finit souvent par déborder. Malheureusement, les propriétaires d’animaux ne sont pas toujours suffisamment formés à analyser le comportement de leur chien. Ils ne savent pas toujours percevoir les signes avant-coureurs d’une attaque. Et dans tous les cas, il ne faut jamais laisser un enfant seul avec un chien. Quand on nous amène un chien au refuge parce qu’il a mordu quelqu’un, on se rend compte qu’en réalité, c’est souvent de la faute des gens. Finalement, il me semble peu pertinent de parler de race par rapport aux morsures."