Selon les observations d’un groupe d’anthropologues et de médecins légistes, relayées par le magazine Sciences et Avenir, les chats seraient des nécrophages insoupçonnés. L’équipe de scientifiques a en effet eu l’occasion de surprendre des chats domestiques se nourrir de cadavres humains.

Malgré leurs bons sentiments à l’égard de leur propriétaire, les chats seraient tout à fait capables de le dévorer une fois mort. C’est ce que montre une série de photographies obtenues par hasard lors d’un balayage d’images de vidéosurveillance par Sara Garcia, une étudiante en anthropologie du centre médico-légal de l’Université Colorado Mesa (États-Unis), spécialisé dans l’étude de la décomposition des corps en milieu naturel, indique le magazine

Le laboratoire à ciel ouvert prend la forme d’une zone désertique jonché de plusieurs douzaines de corps humains. Afin d’étudier dans le détail l’altération naturelle des tissus, plusieurs caméras filment les dépouilles en permanence. Malgré la présence d’un grillage d’environ 3 mètres de haut, il arrive que des animaux parviennent à franchir cette clôture et à s’introduire dans l’espace d’étude.

Quand fin 2017, Sara Garcia aperçoit sur les images de vidéosurveillance deux chats domestiques rôder dans l’enclos, elle ne s’étonne donc pas plus que cela. Mais lorsqu’ils commencent à grignoter les corps, la voilà qui écarquille des yeux.

Presque tous les soirs pendant plusieurs jours (jusqu’à 35 jours pour l’un d’entre eux), les deux chats sont revenus se nourrir sur leur corps de prédilection respectif : une femme de 79 ans pour le chat 1 et un homme de 70 ans pour le chat 2.

“L’étude insiste bien sur le caractère rare, et non exceptionnel d’un tel comportement. De plus, dans ce cas précis, rien n’indique que les deux chats errants, habitués à chasser de petits animaux, n’avaient pas d’autre choix de nourriture en pleine nature”, précise Sciences et Avenir.