Ce pourrait bientôt être le cas. Leurs dotations seront en tout cas revues, annonce La Libre

BRUXELLES Le mouvement s’accélère. Les dotations attribuées à la princesse Astrid et au prince Laurent, seront sans doute et plus tôt que prévues revues. Dans un délai raisonnable, elles devraient être soit rabotées soit liées à des prestations réelles. Il était normalement prévu que le système soit modifié lors du prochain règne. Mais le débat autour de la fondation Fons Pereos a convaincu la plupart des partis politiques qu’il fallait anticiper le mouvement.

Reprenons. Au décès du roi Baudouin, le Parlement a voté, sur proposition du gouvernement de Jean-Luc Dehaene, une disposition prévoyant d’octroyer une dotation à la reine Fabiola. Ce montant a été répété chaque année depuis lors, sans discussion aucune, jusqu’à ce que l’existence de la Fondation Fons Pereos soit révélée. Ce n’est pas tant cette fondation qui a suscité des commentaires et les interrogations mais bien le maintien d’une dotation (1 442 000 euros) jugée excessive, même si, répète-t-on au Palais, cet argent sert principalement (80 %) à payer le personnel de la Maison de la reine.

La réflexion a également touché les dotations des princes. Début des années 2000, sous le gouvernement arc-en-ciel, le principe des dotations aux princes a été ouvert. Dans un premier temps, Guy Verhofstadt et ses ministres avaient proposé de limiter les dotations à la veuve d’un souverain, au souverain ayant abdiqué et à l’héritier présomptif. Le ministre des Finances de l’époque, Didier Reynders alla donc défendre cette position au Parlement. Mais après des contacts discrets entre le Palais et Guy Verhofstadt, le gouvernement accepta revoir sa copie. Et le même Didier Reynders dut, une semaine plus tard, retourner au Parlement exposer les nouvelles règles : les dotations seraient donc attribuées aux trois personnes déjà mentionnées mais également aux deux autres enfants du roi Albert II : la princesse Astrid et le prince Laurent, chacun recevant 320 000 euros.

Renouveau politique

Depuis lors, les choses ont évolué. Lors des négociations institutionnelles précédant l’installation du gouvernement Di Rupo, huit partis ont scellé un accord dont une partie est consacrée au "renouveau politique". Dans ce chapitre, il est prévu que les recommandations du Sénat concernant les dotations aux membres de la famille royale seront mises en œuvre. Le texte du Sénat prévoyait que ces dispositions s’appliqueraient à partir du prochain règne. Mais les turbulences déclenchées par la mise au jour de la fondation Fons Pereos de la reine Fabiola ont poussé les responsables politiques à anticiper la réforme. Dès lors, le Premier ministre, Elio Di Rupo, a déjà proposé au Parlement que ces recommandations soient mises en œuvre non pas lors du prochain règne mais le plus rapidement possible. Le tour des partis réalisé par "Le Soir" démontre en effet qu’il y a un large consensus politique pour revoir, sans délais, le montant et le fonctionnement de ces dotations.

© La Dernière Heure 2013