Ce mardi matin, Laurence Pieau, directrice du magazine people Closer, à l'origine des révélations sur François Hollande et Julie Gayet, s'est exprimée sur le sujet au micro d'Europe 1.

Comment s'est déroulée l'affaire, avant, après, et pendant, au sein de la rédaction? Et la journaliste de répondre à certaines interrogations...

Si Valérie Trierweiler s'est dite comme "tomber d'une immeuble" en apprenant la nouvelle, pensant que ce n'était "qu'une rumeur", Laurence Pieau elle, défend une autre version, "recoupée", selon laquelle l'ex-Première dame de France était bel et bien au courant de l'affaire depuis des mois. D'ailleurs, elle ajoute que le malaise au sein du couple présidentiel était présent depuis plusieurs mois également.

La question qui est sur toutes les lèvres, et celles de Jean-Marc Morandini, était la suivante: "Est-ce Julie Gayet qui vous a renseigné sur cette affaire?"

La directrice tranche net: "Non. (...) On a eu des infos, on a eu un élément déclencheur qui était le grand journal, on a travaillé dessus et on a eu un peu de chance, c'est vrai." D'après ses dires, Closer aurait eu la puce à l'oreille suite aux blagues de Stéphane Guillon sur le plateau du Grand Journal. Closer a alors suivi la comédienne, et  "c’est en suivant Julie Gayet qu’on est arrivé au 20, rue du Cirque. Et là, on a eu beaucoup de chance parce que tout s’est fait en quelques jours."

Au vu de ce que l'affaire a déclenché comme vague d'émoi en France (et ailleurs dans le monde), a-t-elle des regrets? "Non, quand on sort une histoire comme ça on y réfléchit un peu." Très bien. Et Closer et Hollande, c'est fini? "Non, je pense que l'histoire continue, pour tout le monde."

Hollande et ses dames, affaire -toujours- à suivre, donc.