Divers

Bernard Tapie, au coeur d'une nouvelle tempête liée à la corruption, a claqué la porte du studio... comme il a eu l'habitude de le faire par le passé.

Les révélations fracassantes de Marc Fratani, ex-colistier de l'homme d'affaires Bernard Tapie en pleines "années Tapie" à l'OM, n'ont pas fini de faire du bruit. Pour rappel, l'ancien bras droit de "Nanard", avec qui il est aujourd'hui en froid, a, dans les colonnes du "Monde", fait part des méthodes de corruption alors en place. Il y était notamment question de l'achat d'un arbitre, à la veille d'un choc PSG-OM. "J'ai participé une fois à un achat d'arbitre, explique Fratani. C'était pour un match contre le Paris Saint-Germain, à Paris. Le lendemain de la rencontre, je suis allé lui remettre dans un endroit discret ce qui était convenu", explique celui qui a été successivement chauffeur, attaché parlementaire puis assistant personnel de Bernard Tapie, ancien président de l'Olympique de Marseille (1986-1994).

"Au revoir, madame"

Cette sortie, toutefois, n'était pas, aux yeux de Bernard Tapie, invité d'Europe 1 ce lundi matin, le thème autour duquel aurait dû s'articuler la discussion... Pas plus que le cancer de l'estomac contre lequel il se bat depuis deux ans. Non, si l'ex-député de 76 ans avait accepté l'invitation de la journaliste d'Europe 1 Audrey Crespo-Mara, c'était avant tout pour parler de l'important rendez-vous judiciaire qui l'attend: le procès de l'arbitrage controversé qui lui avait accordé 404 millions d'euros pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais se tiendra à Paris du 11 mars au 5 avril. Un procès pour lequel Tapie, "pour être en pleine possession de mes moyens", interrompra d'ailleurs le traitement médical qu'il suit afin d'endiguer son cancer.

Résultat ? La journaliste, qui a évidemment questionné l'homme d'affaires sur les révélations de Fratani, aura suscité l'ire de son invité, qui a très rapidement quitté le plateau... comme à l'époque du grand Tapie.

"C'est ridicule"

La journaliste a précisé, à l'antenne, regretter le départ "ridicule" de Tapie. Elle dit avoir échangé hier avec son invité. "Il savait que l'on parlerait des accusations de Marc Fratani", a-t-elle précisé. Ce matin, avant l'entretien, "Bernard Tapie était d'accord pour en parler". "Je trouve assez malhonnête le fait de partir de ce studio, alors qu'il savait que nous en parlerions. Désolé pour nos auditeurs", a encore précisé Audrey Crespo-Mara.