Une Suédoise a porté plainte contre un homme éconduit qui, pour se venger, avait pété chez elle avant de disparaître. La police a décidé qu'il n'y avait pas matière à poursuivre, l'intention étant impossible à prouver.

Selon la victime, habitant la commune de Laholm (sud), l'indélicat, accueilli dans son appartement en vue d'une relation charnelle, s'est abandonné après qu'elle eut changé d'avis et se fut refusée à lui, a précisé jeudi le quotidien Hallandsposten sur son site internet.

"Ca sentait très mauvais", a-t-elle écrit dans sa plainte en demandant réparation pour attentat à la pudeur, délit passible d'un an de prison, selon le journal.

Après réflexion, les enquêteurs suédois ont convenu de refermer le dossier. "Il est impossible de prouver qu'il ait lâché un pet intentionnellement", a expliqué le porte-parole de la police locale, Kenneth Persson.