Depuis mars dernier et le premier confinement suite à la pandémie de coronavirus, on ne compte plus les initiatives et créations artistiques pour sortir la tête hors de l’eau et de la crise sanitaire. Après #stillalive en début de semaine ou encore le message “ La culture so (u) ffre” qui fleurit un peu partout sur les réseaux sociaux en cette veille de Noël, au tour d’un humoriste de 27 ans de signer un clip électrochoc -et aux paroles engagées- sur la situation sanitaire actuelle. “ J’y exprime un peu ma tristesse envers l’année 2020 , nous confesse Mizoo Point , alias Hamza Essalouh de son vrai nom, bien connu des scènes ouvertes belges comme le Kings of Comedy Club, What the Fun ou encore le collectif YouRire. “Vu qu’on ne sait plus monter sur scène, j’ai utilisé un médium similaire pour exprimer ma tristesse en chanson.”

Un hommage au maestro, 7 ans après son clip culte

Actuellement au chômage technique (il travaille aussi à mi-temps dans un restaurant), ce Bruxellois d’origine marocaine a d’abord voulu rendre hommage à notre Stromae. “J’ai vu qu’il a fait son r etour avec un live sur Instagram pour fêter les 10 ans de son label, explique ce fan de la star belge. J’ai alors voulu faire un petit clin d’œil en essayant de reproduire quelques images de son clip Formidable.”


En effet, son clip intitulé 2020 Formidable/Stromae (ceci n’est pas une leçon) démarre à l’identique au rond-point Louise à Bruxelles -à la sortie du métro avec un regard vers la caméra- mais à 21h59 (et non pas 8h30 comme le maestro) juste avant le couvre-feu. Et après une incursion du JT de France 24 qui explique que le gouvernement belge durcit ses mesures sanitaires et s’apprête à réduire fortement les interactions sociales. “21h59, il est temps de renter, manger, se coucher… tristesse  !, commence-t-il ainsi, masqué. Eh ben ouais 2020 ! C’est le couvre-feu, c’est le cauchemar fieu !” Et au lieu de crier Formidable comme notre Paul van Haver national, il scande “2020” ou “Freedom” en plein rond-point Louise.

J’ai toujours trouvé qu’il avait une identité incroyable, nous confie ensuite Mizoo. Il arrivait toujours à parler de sujets tristes tout en restant joyeux dans sa mélodie et la composition. Ce qui m’avait fort intrigué. Une fois arrivé en Belgique pour faire un master en communication visuelle, j’ai eu la chance de le croiser et faire une photo avec lui. Et, pendant ce confinement, en rangeant ma photothèque, je suis retombé sur cette photo de 2018. Je mets alors Formidable, histoire de kiffer en ces temps compliqués et là… il s’est passé un truc. J’ai mis l’instru et j’ai commencé à écrire.”

© YOUTUBE

"On a perdu le goût, le goût de la vie. On a perdu l’odorat mais ça pue la merde !"

Quant à l’idée du clip, elle lui est venue avec son ami Igor PRG. Un jeune humoriste finaliste du concours Next Prince of Comedy avec qui il partage la scène tous les derniers jeudis du mois au Kings of Comedy Club (quand ils pourront rejouer). “ En le raccompagnant à l’arrêt de bus, on a été impressionné par les rues vides… Et, pour rigoler, on a fait une story où je courais dans la rue tout seul. Chose qu’on ne savait pas faire dans la vie d’avant sinon on se faisait écraser”.

En effet, dans la suite du clip, Mizoo surfe sur les symptômes du Covid, tout en courant masqué dans les rues d’un Bruxelles fantôme. Des textes lourds de sens sur l’impact psychologique du coronavirus et en mettant aussi le doigt juste là où ça fait mal. “ On a perdu le goût, le goût de la vie, chantonne-t-il. On a perdu l’odorat mais ça pue la merde : élections, racisme, religion, mort, blabla bla. Ou va le monde ? S’il te plaît, dis-moi !”

Avant d’ajouter : “ Mon quotidien est de plus en plus vide, ils ont appelé ça le Covid. Au début, je voulais faire des blagues. Je ne sais plus. Tout le temps sur mon gsm, je vis à travers les écrans. J’ai le seum. J’ai niqué ma connexion, ma 4G c’est mon viagra. J’en ai besoin parce que 2020, chérie, j’ai du mal avec toi.” Ou encore : “ Mon seul ami en ce moment, c’est mon Uber-Eat et mon chat ainsi qu’un livre, deux, trois, sur comment la vie est belle sans toi.”

“Tu as ramené la prison chez moi”

“Amis/famille, on ne se voit plus … poursuit-il. Tu as ramené la prison chez moi. Mais tu sais quoi ? Je crierai Freedom ! Parce que j’ai la foi et demain, tu ne seras plus là. Vas-y, va-t’en, il est temps de partir là, personne ne veut de toi. T’es un virus, une putain de merde quoi !”

Et en passant devant quelques grandes enseignes, il enchaîne sur la crise que le virus a engendrée, tel un triste constant au bilan morose de l’année 2020. “À cause de toi les commerces, la culture, la vie s’est arrêtée. Les restaurants ont fermé. Les salles de cinéma et de spectacles sont muets. Les gens ont du mal à payer leur loyer. Les médecins, les infirmiers, les superhéros oubliés,…”

Interpellé par les policiers (comme Stromae pour son supposé état d’ébriété) suite au couvre-feu, il termine en espérant se réveiller de ce cauchemar. “Car la vie est belle et ça, tu ne peux pas nous l’enlever !” Rejoins ensuite par d’autres quidams qui courent avec lui vers 2021, il conclut par ces mots. “J’ai hâte de souhaiter une bonne année et ne plus jamais te recroiser. Tel un vieux film rétro, tu seras classé mais les souvenirs resteront gravés. 2020 va t’en et laisse-nous vivre en paix.” Un joli message qui, sur les notes sensibles de Formidable, retentit d’autant plus fort.
© D.R.