Depuis quelques années, Kirill Tereshin est devenu célèbre sur les réseaux sociaux pour ses énormes biceps. Certains l'appellent ainsi le "Popeye russe". Mais pour avoir ces gros bras, pas question de musculation, le combattant de MMA s'est injecté directement dans les biceps du Synthol, une solution huileuse composée d'un mélange d’acides gras, de lidocaïne et d'alcool. Le jeune homme a commencé cette pratique à l'âge de 20 ans, au début de son service militaire de peur de subir des critiques sur son physique. "J'allais au gymnase depuis deux ans avant d'être appelé pour le service militaire. Dans l'armée, j'avais peur de passer un mauvais moment et de perdre du poids, alors j'ai décidé d'essayer le Synthol".

Depuis il a gagné plus de followers sur son compte Instagram (214.000 aujourd'hui) que des combats de MMA. Et surtout, il s'est rendu compte de la dangerosité de cette pratique quand il a commencé à en subir les dangers. Ses muscles ont commencé à se nécroser et il souffrait de douleurs et de fièvre. Le Russe risque aujourd'hui de perdre ses deux bras. Mais ce ne sont pas les médecins, pourtant nombreux à le mettre en garde, mais une influenceuse russe qui a réussi à le convaincre de se faire retirer ce mélange. Alana Mamaeva, militante qui s'occupe des victimes de chirurgie plastique ratée, a même organisé une récolte de fond pour financer les trois opérations nécessaires. 


Après une première opération en 2019, le bodybuilder repassait sur le billard cette semaine. "Je n’ai que 24 ans et mon système immunitaire souffre de cette inflammation. Je ne sais vraiment pas ce qui m’attend", confiait-il à East2West News. Même si cette deuxième opération est un succès, il en faudra encore une troisième pour que les bras de cet ancien "Popeye russe" soient tirés d'affaire.