Divers

La vague de froid n'a toujours pas quitté le nord des Etats-Unis, où les températures ont atteint jusqu'à -53 degrés. A Chicago, les employés des chemins de fer ont même dû enflammer les rails des trains pour éviter qu'ils ne gèlent. D'autres ont carrément vu l'intérieur de leur habitation envahie par le gel.

Le nord des Etats-Unis a été saisi mercredi par des températures et un vent polaires venus de l'Arctique, poussant les autorités à mettre en place des mesures d'urgence pour protéger les populations les plus fragiles.

Cette "masse d'air arctique sans précédent" devait provoquer des températures extrêmes avec des ressentis de -34 à -51 degrés Celsius dans les plaines du Nord, la région des Grands lacs et dans le nord du "Midwest", selon les services météorologiques (NWS).

Dans le nord-ouest du Minnesota, le mercure est descendu à -40 degrés Celsius à six heures du matin dans la petite ville de Mahnomen, avec un ressenti à -53 degrés.

Les autorités de l'Illinois, du Wisconsin et du Michigan ont émis des bulletins d'alerte pour mercredi qui devait être la journée la plus froide de cet épisode polaire affectant quelque 60 millions d'habitants.

A Chicago, la troisième ville du pays surnommée la "ville des vents", il a fait jusqu'à -30 degrés en matinée et -26 dans l'après-midi.

© AFP

Au moins 5 morts

Le vent glacial descendu du cercle arctique et qui se dirige vers la côte Est du pays a déjà fait au moins cinq morts, selon les médias, et a provoqué de nombreuses perturbations.

Les employés des chemins de fer de Chicago ont enflammé les rails pour éviter qu'ils ne gèlent et soient impraticables.

Tous les trains urbains Metra Electric étaient à l'arrêt mercredi matin et jusqu'à "nouvel ordre", selon la société de transport.

"Il y a eu de multiples problèmes avec les câbles (d'alimentation), notamment à cause de la rétractation du métal en raison des conditions climatiques extrêmes", a expliqué la porte-parole de Metra, cité par la presse.

Le trafic aérien est également perturbé. Plus de 2.500 vols intérieurs, en provenance ou à destination des Etats-Unis, ont été annulés, forçant les passagers à affronter le froid au moins un jour de plus.

© AFP