Divers 75 ans après la Seconde Guerre Mondiale, 18 personnes résidant en Belgique perçoivent encore une pension complémentaire pour avoir collaboré avec le régime nazi. Un sujet qui a fait débat dans l'émission C'est pas tous les jours dimanche sur RTL-TVI. 

Et qui a aussi provoqué la colère d'Alain Raviart, venu expliquer sa façon de penser à Willy Kuijpers, conseiller communal N-VA à Herent, qui a aidé de nombreux Flamands condamnés pour la collaboration dans les années 70, lorsqu'il était député flamand pour la Volksunie.

Énervé par l'argumentaire de l'invité, Alain Raviart s'est d'abord assis à côté de Kuijpers "très pacifiquement", avant de lui reprocher son manque de courage. "A un moment, il faut choisir son camp", lui répond-il lorsque ce dernier évoquait un "problème social".

A l'issue de son argumentaire, Raviart s'est levé sans saluer son interlocuteur, qui tentait de calmer le jeu. "Monsieur Kuijpers, vous savez quoi? Vous répondez, c'est le débat démocratique, mais je ne reste pas à côté de vous. Je ne vais rester là et je quitte ce plateau", a-t-il  ajouté, avant de quitter le plateau.