Suite à leur défense, un débat a été organisé sur LN24. On a pu y voir Vincent Gilles, responsable d'un syndicat de police débattre entre autre avec Philippe Hensmans, le directeur d'Amnesty International Belgium.

Lorsque ce dernier a pris la parole en se questionnant sur le contenu de la vidéo qui n'était pas dans le rapport, le responsable du syndicat de police lui a coupé la chique vulgairement. "Put*** mais il faut lui dire dans quelle langue à ce c** ?", a-t-il lâché. "Il y a des limites à tout", continuait-il, lui qui assistait au débat par vidéoconférence.

Après s'être fait recadrer par Maxime Binet, Vincent Gilles a tout de même présenté ses excuses.