Coronavirus oblige, nous avons dû diminuer notre cercle social en bulle réduite. Kelly et sa famille ont la particularité d'en avoir une de... onze ! Douze si on compte le petit qui verra le jour d'ici quelques mois. C'est l'histoire de Kelly, une habitante d'Oostkust en Flandre Orientale et de son mari qui ont respectivement 32 et 37 ans. Avec onze enfants et un douzième en route, cette famille atypique s'est retrouvée dans l'émission "Don’t Worry Be Happy" diffusée sur Vier. T’Jay (15), Ashley (13), Ashton (11), Hayley (10), Alysha (9), Brexton (8), Tommy (7), Heath (5), Nathaniel (4), Abigail (2,5) et Emory (13 mois). Voici le listing de cette famille pas comme les autres.

Ses enfants ont donc entre 15 ans et 13 mois. Devant les caméras, cette maman courageuse affirme que le coronavirus a encore renforcé les liens de la famille. Même pendant le confinement? Même s'il y a des inconvénients, cela ne s'est pas trop mal passé. "Nous adorons être à la maison, donc ça ne nous embête pas. C’est donner cours à domicile qui a été plus compliqué…" explique-t-elle à HLN

Forcément, avoir douze enfants, au-delà de l'amour que cela peut procurer, cela demande beaucoup de travail ! Réveil à 6h pour cette trentenaire afin de préparer tout ce beau monde pour un départ prévu à 8 heures. Avec une journée qui, forcément, se termine très tard. Une routine qui ne dérange pas du tout Kelly qui a choisi cette vie. "J’ai toujours rêvé d’une grande famille. J’adore qu’il y ait du bruit à la maison, j’adore l’amour que donnent les enfants et lorsqu’ils jouent ensemble. J’aime même bien quand ils se disputent entre eux. Je n’entends plus ces bruits."

Logiquement, lorsqu'on possède une si grande famille, les mauvaises langues font surface. Mais elle avoue ne pas y prêter attention. "Les gens demandent souvent si on fait ça pour les allocations familiales. On nous dit souvent que faire une grande famille comme ça n’est plus normal à notre époque, mais on se fout de ce que disent les gens."

En tout cas, les propos négatifs ne la gênent pas. Kelly ne serait même pas contre... un autre enfant ! "Si ça ne tient qu’à moi, d’autres enfants peuvent encore arriver, mais mon partenaire est moins enthousiaste."