Buzz

Entre deux interviews, trois buzz et une engueulade, la foule de journalistes, cameramen et autres curieux n’en peut plus d’attendre devant l’hôpital St Mary. Certains campent là depuis deux semaines, au point de ne plus trop savoir qui, de Kate et William, ou eux, sont les plus impatients.

Si bien que le fameux bébé royal pourrait battre quelques records en termes d’attention médiatique. A priori, une centaine de reporters devraient se presser au portillon lorsque la jeune femme donnera vie.

En tout cas, le potentiel futur héritier du trône britannique est déjà soumis au strict protocole qui prévaut en semblables occasions. Famille royale oblige, c’est avec une minutie toute britannique que le bambin sera exposé au monde. Comme la DH le relatait samedi dans son abécédaire du bébé royal, heureusement pour la future maman, les temps ont changé. Elle sera donc exemptée de la présence du ministre de l’Intérieur, censé s’assurer de l’identité du nourrisson.



En revanche , c’est bien à la reine britannique que revient le plaisir d’être la première informée de la royale naissance. A priori, un coup de téléphone devrait faire l’affaire. Quitter l’hôpital en catimini s’avérerait en effet le meilleur moyen de provoquer un déclic prématuré au sein des médias qui le scrutent.

Leur tour sera venu lorsqu’une proclamation signée des médecins royaux sera placée sur un chevalet dans la cour de Buckingham. L’heureux événement sera aussi dévoilé via Twitter et Facebook. Étape suivante : les coups de canon.

Enfin, petit clin d’œil aux grands reporters partis jauger la folie ambiante sur place, lorsque la naissance sera officielle, il restera peut-être toujours un mystère élémentaire à élucider : le prénom de l’enfant. Les investigations battront leur plein car il faudra peut-être plusieurs jours avant qu’il ne soit révélé.