Gaffes

Coca-Cola France assure qu'il est impossible qu'un rongeur se soit glissé dans l'une de ses cuves ou canettes. Damien, lui, n'en démord pas. Et craint pour sa santé... Reste à établir la véracité des faits.

Damien, 34 ans, originaire de Seine-et-Marne (France) n'est pas près de rouvrir une canette de Coca de sitôt. Le 7 mars dernier, cet informaticien a en effet été la victime d'une bien désagréable expérience : comme il le confie dans un témoignage vidéo relayé par nos confrères français du Parisien, il assure être tombé nez à nez avec une... souris, logée au fond de sa canette. La boisson provenait d'un restaurant où Damien à l'habitude de commander ses repas, livrés sur son lieu de travail.

Le soda, finalement, ne sera pas consommé de suite : Damien l'a emporté chez lui, où il a fini par le boire. Il ne détecte rien d'anormal, pas de goût suspect ni de texture inquiétante, écrit Le Parisien. "La canette terminée, je la vide pour éviter que le fond ne coule dans la poubelle. Et là, je me rends compte qu'elle n'est pas vide", détaille l'informaticien. C'est là qu'il se rend compte qu'un petit rongeur (mort) avait élu résidence dans le cylindre métallique...

Coca-Cola France est formel : "il est impossible que cet incident ait eu lieu chez nous"

"J'ai tout de suite appelé Coca-Cola et ils ont passé un sale quart d'heure". Après cette prise de contact, Damien se voit adresser une lettre de la firme américaine, expliquant que la sécurité de la chaîne de fabrication de l'entreprise est totale et que Coca-Cola ne peut, en aucun cas, être à l'origine de cet incident.Damien n'en reste pas là : il se rend au commissariat pour déposer plainte, où il subit une fin de non-recevoir.

Coca, de son côté, joint à son courrier un sac dans lequel Damien est invité à envoyer la canette de l'horreur pour analyse. "Hors de question !", poursuit Damien. "À partir du moment où je leur envoie je n'ai plus de preuve...". Depuis, la canette et son invité surprise à pattes est "entourée à triple tour dans du cellophane" dans le congélateur du consommateur.

Ce que Damien craint surtout, c'est la leptospirose : une maladie rare, principalement portée par les rongeurs et régulièrement associée aux canettes de Coca-Cola... "Je suis sous surveillance durant 21 jours, et si je ressens un état grippal, je dois me présenter à l'hôpital."

En guise de dédommagement ? Un bon pour un pack de... Coca !

Contactée par nos confrères du Parisien, Coca France balaye la piste d'une souris qui se serait glissée dans les cuves ou les canettes durant le processus de fabrication : "nos canettes sont systématiquement retournées et rincées par de puissants jets, et font l'objet d'un contrôle constant garantissant leur parfaite hygiène". "Nous attendons de recevoir des éléments de la part du consommateur pour procéder à des investigations approfondies. Aujourd'hui il nous est impossible d'établir la véracité de cette information", poursuit-elle.

La véracité des faits reste à ce stade difficile à établir. Pas de vidéo de preuve, refus d'envoyer l'objet pour analyse... Puis, une souris, mêm très petite, dans une canette, fait naturellement augmenter son poids. Lorsqu'on est consommateur régulier du breuvage et de ce support, difficile de ne pas s'en rendre compte d'une anomalie...

En tout cas, en guise de dédommagement, Damien dit s'être d'ores et déjà vu proposer un bon d'achat pour… un pack de Coca-Cola !