Mme de Fontenay fâchée avec l’histoire alors qu’elle présentait Miss Algérie.

Geneviève de Fontenay a provoqué un incident vendredi dans les salons feutrés du palace algérois où a eu lieu l’élection de Miss Algérie quand sa langue a fourché en parlant d’"Algérie française" alors qu’elle rendait hommage aux candidates de cette deuxième édition du concours algérien.

La ministre des Télécommunications Fatla-Zohra Derdouri a précipitamment quitté la salle, imitée par des artistes et d’autres personnalités.

Interrogée après la cérémonie, Mme de Fontenay s’est défendue et a indiqué qu’il n’y avait "aucune confusion" possible.

"Je n’ai jamais été en Algérie française", a-t-elle affirmé. "J’ai toujours souhaité l’élection en France d’une miss d’origine maghrébine".

Un jury présidé par le réalisateur Djaaffar Gacem et comprenant notamment l’ex-championne d’Afrique de judo Salima Souakri, marraine de cette édition, et la journaliste de la télévision publique Soraya Bouamma, a choisi Mlle Chouib parmi 20 candidates, qui ont défilé sur scène en tenues traditionnelles et en robe de soirée.

"Je compte représenter dignement le charme, la beauté, la culture et les valeurs de la femme algérienne lors du prochain concours Miss monde", a déclaré à la presse la lauréate, ingénieur en informatique.

L’Algérie sera représentée pour la première fois à la cérémonie de Miss monde en 2015, selon les organisateurs du concours.

Mme de Fontenay, qui a longtemps incarné le concours Miss France, assistait pour la deuxième fois à l’élection de la reine de beauté algérienne.

En 2013, la dame au chapeau faisait partie du jury qui avait désigné Rym Amari lors d’une cérémonie à Oran (ouest), marquant la reprise de ce concours après dix ans d’interruption.