Le prince Laurent a une nouvelle fois été flashé à la fin du mois de décembre, alors qu’il se trouvait dans les rues de Laeken. Il roulait à une vitesse de 83 km/h dans une zone 50. L’information a été révélée hier par la chaîne flamande VTM. Celle-ci ajoute que le frère du roi Philippe a reçu l’amende à son domicile et a déjà fait savoir qu’il réglerait la note.

L’information a été confirmée par le parquet, qui n’a toutefois pas fourni davantage de détails. On sait juste que le Prince circulait dans les rues de Laeken. Voici trois ans (aux alentours du 15 février 2011), le Prince s’était déjà vu retirer son permis pour deux semaines en raison d’un excès de vitesse similaire (82 au lieu de 50).

Ses premiers déboires remontent cependant beaucoup plus loin. Ils datent en fait de l’époque où Laurent vivait aux États-Unis. Ça commence à Washington par un excès de vitesse pour avoir roulé à 40 km/h au lieu de 30. Le Prince allait se tailler dans la capitale américaine une réputation solide de pied lourd : n’est-ce pas l’International Herald Tribune qui rapportait comment Laurent avait prétendu à une policewoman qui l’interpellait pour excès de vitesse qu’il était prince en Belgique ?

En Belgique, sa BMW a déjà été chronométrée à 220 km/h dans les années 1980. Trop rapide pour les gendarmes, Laurent est rattrapé devant les grilles du Belvédère. Baudouin lui-même est intervenu pour que son neveu soit jugé comme tout le monde. Deux mois sans permis et 125 € d’amende.

Le 11 février 1999, une Ferrari multiplie appels de phares et coups de klaxon sur l’E40 entre Bruxelles et Liège pour doubler l’escorte gendarmerie d’un fourgon Securitas. Au volant ? Devinez ! Le même jour, Laurent fait plusieurs queues de poisson - gestes de poing à l’appui - à un automobiliste qui prend peur.

La même année, mais à Bruxelles, une Ferrari veut grimper sur le trottoir pour doubler l’automobiliste qui le gêne. P-V est dressé pour infraction aux articles 10, 17 et 33 du code. Devinez qui s’en tire avec 175 € qu’il paie sans discuter. Quinze jours plus tard, une Ferrari est flashée chaussée de Waterloo, à Uccle : 146 km/h, 3 fois plus que les 50 autorisés en agglo. Et 416 € d’amende.

Début septembre 2000, Monseigneur remet ça à bord d’une Subaru Impreza : des gendarmes circulant sur l’E313 entre Anvers et Hasselt sont doublés par le Prince qui filait alors à plus de 190 km/h. C’est également à bord d’une Subaru Impreza qu’il heurte un poteau en béton alors qu’il quittait, le 24 février 2000, le Festival du film d’amour à Mons.

Le 20 octobre 2000, le Prince, cette fois en Mercedes Classe M, est flashé près de Bruges à 139 km/h sur un tronçon limité à 70 km/h. Cette fois, Guy Verhofstadt intervient et pose la question : Laurent est-il au-dessus des lois ?