Buzz

Des plus élégantes (Kate) aux moins intéressantes (Mathilde), la presse et le public désignent leurs favorites

LONDRES Les princesses ont aujourd’hui acquis – volontairement ou non – un statut de star. Et doivent en assumer les conséquences : récolter les lauriers voués à cet autre rôle mais aussi, parfois, encaisser quelques déconvenues dues à la célébrité. Comme squatter les dernières places de classements populaires… Et c’est notre princesse Mathilde, pas la plus médiatisée des têtes couronnées européennes, qui a goûté à la dure loi du jugement public. Du moins, d’un public de ménagères allemandes de plus 50 ans, fidèles lectrices d’un magazine allemand qui a établi le top des Princesses européennes.

Au bas de ce classement subjectif (évidemment), l’épouse du prince Philippe fait figure de Princesse la moins intéressante sur le Vieux Continent. Mais que manque-t-il donc à notre représentante pour enthousiasmer davantage le monde (du moins les Allemandes assidues de lectures féminines…) ?

La réponse se trouve peut-être dans le haut de ce même classement. Victoria de Suède remporte le titre de Princesse préférée. Une dynamique trentenaire, jeune épouse, future Reine mariée à un roturier, tout en rondeurs (mais elle a une bonne excuse : sa grossesse arrivera à terme en mars) et toujours affublée d’un large et franc sourire. Bref, elle est cool et moderne. Cela rappelle quelqu’un… Une certaine Catherine Middleton (ô surprise…). À peine duchesse de Cambridge, pas officiellement porteuse du titre de Princesse, mais déjà mégastar planétaire, moins d’un an après ses épousailles. Élancée, ravissante, souriante, empathique et sympathique, issue de la middle class, détentrice d’un diplôme universitaire et pas coincée pour un sou, à 30 ans, elle est comme tout le monde. Sauf que…

Sauf que, Kate est la cible de tous les paparazzi et que tout le monde l’aime. Pour différentes raisons. Les lectrices de la presse féminine allemande ne s’y sont pas trompées et l’ont placée parmi leurs favorites, derrière la princesse Victoria et la princesse Maxima des Pays-Bas. Pour les luxueux magazines Harper’s Bazaar et Vanity Fair, Catherine Middleton est la personnalité britannique la mieux habillée. Une performance tout de même pour quelqu’un qui fréquente – sans styliste – plus souvent TopShop (enseigne de prêt-à-porter à petits prix) que les boutiques des grands couturiers. Et voilà qui rappelle quelqu’un d’autre. Une autre Princesse qui a découvert la noblesse sur le tas : Mary de Danemark.

Aujourd’hui mère de quatre enfants, silhouette parfaite et œil averti pour la mode, l’épouse du prince héritier Frederik ravit les spécialistes de la mode à chacune de ses apparitions. Ce qui a lui a valu d’être désignée par le glamour Vanity Fair comme l’une des personnalités les plus élégantes au monde. C’est sûr, diront les mauvaises (?!?) langues, qu’il est plus facile d’afficher une classe folle quand on porte du sur-mesure. Mais les fautes de goût sont aussi plus légion parmi les têtes couronnées… La consécration pour ces Princesses (outre remplir leurs obligations officielles avec efficacité et humanité, bien sûr…) ? Peut-être d’intéresser la presse d’opinion, au-delà de leurs frontières.

À la fin de l’année dernière, le réputé Time magazine établissait son traditionnel classement des personnalités marquantes de 2011. Dans la liste, un nom plus habituellement usé en long et en large dans la presse people : Catherine Middleton.

Revenons tout de même à la question qui nous anime en ce jour peu glorieux pour la Monarchie belge : pourquoi la princesse Mathilde ne trouve-t-elle pas davantage grâce auprès de la presse étrangère et de son public ? Quoi, ses tenues de stylistes belges ne seraient-elles pas assez modernes, fashionable ni intéressantes ? Surfant pourtant dans une autre catégorie (ancienne sportive de très haut niveau, élégante, Sud-africaine, roturière,…) la princesse Charlene de Monaco ne truste pas non plus (ou encore) la tête des classements. De quoi se rassurer peut-être…



© La Dernière Heure 2012