Grandjean : “Tout nu chez les filles”

Interview > Laurent Monbaillu
Grandjean : “Tout nu chez les filles”
©Photonews

L'interview décalée de Yoris Grandjean


BRUXELLES Yoris Grandjean (ici avec François Heersbrandt sur la photo), qui vient d’officialiser son transfert d’Antibes vers le Cercle des Nageurs de Marseille, s’aventure sur d’autres terrains. Mais toujours en se mouillant...

Si vous n’aviez pas été nageur, quel autre sport auriez-vous pu exercer ? “Je crois que j’aurais été joueur de football. Avant, je pensais que je n’aimais pas les sports d’équipe, c’est d’ailleurs pour ça que je me suis orienté vers la natation. Mais, en définitive, je crois que ça m’aurait bien plu.”

Quel a été le plus gros moment de honte de votre existence ? “Je me souviens d’un stage de handball avec le club où j’ai évolué pendant quelque temps. Un ancien joueur, qui dirigeait le stage, m’a foutu à poil dans le vestiaire devant toutes les filles. La gêne !”

À quand remontent vos dernières larmes ? “À l’Euro de Budapest, après le 50 m, tellement j’étais dégoûté...”

Et votre dernier fou rire ? “Quand mon père m’a expliqué récemment que ma petite sœur faisait des provisions de nourriture en cachette pour les emmener ensuite dans sa chambre. C’est une vraie gloutonne !”

Quel est votre plat préféré ? “Un routier fricadelle andalouse. Une mitraillette, quoi ! J’adore.”

Quel est le type de musique que vous ne supportez pas ? “Quand j’étais plus jeune, j’écoutais vraiment beaucoup de heavy metal. Maintenant, je ne peux tout simplement plus !”

Et quel est le morceau que vous écoutez en boucle ? “C’est de la chanson française. Un titre de Guillaume Grand, qui s’appelle Toi et moi.”

Quel est le programme télé que vous ne manquez jamais ? “Je dirais : Tout le monde veut prendre sa place. Nagui est vraiment l’animateur qui convient pour ce jeu.”

Quel réseau social a votre préférence : Facebook ou Twitter ? “Facebook ! Twitter, je ne connais même pas. Enfin, je connais, bien sûr, mais je ne m’y suis jamais aventuré.”

Si vous deviez prendre la place de quelqu’un d’autre, l’espace d’une journée, qui serait-ce ? “Comment il s’appelle, déjà, le mec de Megan Fox ? Tant qu’à faire, je lui piquerais volontiers sa place !”

© La Dernière Heure 2011

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be