Arthur : “J’aurais aimé être Mohammed Ali”

David Lehaire
Arthur : “J’aurais aimé être Mohammed Ali”
©DEMOULIN

INTERVIEW DÉCALÉE De passage dans les locaux de La Dernière Heure-Les Sports , Arthur nous a confié, non sans amour, qu’il suivait le sport d’aussi près que le reste de l’actualité. Enfin, certaines disciplines plus que d’autres.

“Je suis quelqu’un qui lit beaucoup de journaux. Mais très peu L’Equipe car le foot, ça me gave un peu. Et puis, il faut dire que, depuis deux ans, l’équipe nationale française n’a pas fait grand-chose pour me donner envie de la suivre. Lorsqu’il y a eu cette histoire de mutinerie pendant la Coupe du Monde en Afrique du Sud, je me suis senti honteux. Même si on ne connaîtra jamais le fin mot de l’histoire, ce fut un sale coup pour le foot de mon pays. Heureusement, maintenant, ils ont un maillot incomparable. Quand ils jouent en blanc avec des lignes bleues, on ne peut pas les louper...” Le football, il y a joué. “J’évoluais comme numéro  10, mais je n’étais pas très doué. À l’époque, je supportais Saint-Étienne.”

L’animateur-humoriste a gardé une fascination pour trois sportifs. “Si j’avais pu être quelqu’un d’autre, j’aurais aimé que ce soit Mohammed Ali, Ayrton Senna ou Michel Platini. Ils ont tous fait passer un message. Il y a eu un avant et un après eux. Aujourd’hui, je regarde les gros matches internationaux et j’ai un faible pour le beau jeu. J’adore le Brésil et l’Argentine. Quant au Barça, il me fait rêver. Je ne suis pas plus fan de Messi que de Cristiano Ronaldo. Quand le Real et Barcelone se rencontrent, je regarde un duel entre deux artistes. J’éprouve la même sensation quand je suis devant un match entre Rafael Nadal et Roger Federer.

Et pour cause : Arthur joue lui-même au tennis. “Je me reconnais plus en Federer ou en Borg qu’en Nadal. Je suis un joueur élégant.” (rires)

Il y a, bien sûr, des sports que le Français ne s’imagine pas pratiquer un seul instant. “La gymnastique est impossible à faire pour moi. Ah! si, peut-être que je pourrais me débrouiller au cerceau... D’une manière générale, j’éprouve une grande admiration pour les athlètes que l’on voit aux Jeux Olympiques. Bosser durant quatre ans pour obtenir quelques instants de gloire suscite toute mon admiration. Je peux passer des heures devant le petit écran à regarder les sports les plus improbables. Cela me sidère, par exemple, quand je vois du curling. Des gens qui s’excitent comme des fous pour cirer le parquet, c’est absolument surréaliste.”



© La Dernière Heure 2011

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be