Miami, the place to be pour les footballeurs

Benoît Delhauteur
Miami, the place to be pour les footballeurs
©Photonews

Les joueurs de D1 ont bien profité de leurs vacances au soleil…

Dans une semaine, la plupart des clubs de D1 auront déjà repris les entraînements. Pour les joueurs, ce sera un retour au boulot après un bon mois de vacances.

La plupart des footballeurs de D1 que nous avons interrogés sont partis très loin chercher le soleil. Axel Witsel est allé se ressourcer en Guadeloupe et Thibaut Courtois au Cap Vert. Les Anderlechtois Mazuch et Marecek sont allés à Dubaï. Mais la plupart des joueurs étrangers sont rentrés au pays. Comme Carcela, qui a pris son ami Christian Benteke dans ses valises.

Cette année, une destination a particulièrement la cote auprès des footballeurs de Pro League  : Miami. Gillet et Legear s’y sont rendus avec leurs compagnes. Sur place, ils ont croisé un groupe de Diables qui avaient prévu le voyage depuis longtemps : Fellaini, Ogunjimi, Chadli et Dries Mertens. Odoi, Mavinga et Haroun étaient également du voyage. C’est ce dernier qui avait lancé l’idée, l’an dernier, de partir en groupe à Marrakech. Ce séjour leur a plu et ils ont décidé de remettre le couvert en Floride.

Les footballeurs belges ne sont pas les seuls à aimer Miami, sa plage et ses boîtes de nuit : des grands noms du football mondial y séjournent régulièrement, tels Cristiano Ronaldo, Zlatan Ibrahimovic, Francesco Totti ou Edgar Davids. Plus récemment, on a encore pu apercevoir Michael Ballack, Diego Forlan ou David Trezeguet se prélasser sur South Beach...

Alors, pourquoi cet attrait des footballeurs pour Miami ? “C’est une ville très people” , explique Michel Sabbah, un agent immobilier français installé en Floride. “Miami a certains côtés d’Ibiza, d’autres de Saint-Tropez... mais ressemble aussi à d’autres villes balnéaires beaucoup plus populaires.”

En réalité, la ville n’est pas si select qu’on le croit. “Nous avons trois types de visiteurs à Miami. Il y a tout d’abord la clientèle très huppée : extrêmement riche, elle loge sur des îles privées. Ensuite, ce sont les médecins, avocats et cadres supérieurs. Et enfin, il y a monsieur tout-le-monde...”

Les joueurs de Pro League se situent entre la première et la seconde catégorie : ils n’ont pas les revenus de stars du show-biz mais n’ont pas non plus à loger dans des hôtels d’entrée de gamme...

“Miami fait rêver : il y 100 kilomètres de plage, du soleil et la proximité du Mexique et des Caraïbes. Sans oublier l’attrait des bars et des boîtes.”

Voilà l’une des choses qui plaît beaucoup aux footballeurs : la vie nocturne. Là-bas, elle est très chère, mais les joueurs ont les moyens...

Dernier atout qu’offre la cité floridienne aux joueurs : l’anonymat. À Miami, ils ne sont pas, ou très peu, reconnus. De quoi se prélasser en toute tranquillité.



Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be