Sports L'Italien, passé par le Real Madrid a livré  au quotidien A.S  quelques détails sur sa vie intime.

Antonio Cassono a un problème: il a une grosse addiction au sexe. Il avait, du moins. "Jusqu'au 2 février 2008, moment où j'ai connu ma femme !", précise-t-il très sérieusement au quotidien A.S.
Selon ce qu'il en dit au journal espagnol, Antonio était un chaud lapin au tout début de sa carrière. «La bouffe, le sexe et le foot, il n'y a pas mieux, déclare-t-il d'ailleurs dans une longue interview."J'étais sex-addict. Quand tu as 20 ans et que tu aimes les femmes, tu peux le faire tous les jours surtout quand tu es joueur de foot."

"Dès que les filles voyaient l'écusson du Real, elles devenaient dingues"

Et de toute évidence, être joueur du Real, ça aide pour conclure. "Lors de la tournée aux Etats-Unis, dès que les filles voyaient l'écusson du Real sur mes fringues, elles devenaient dingues. Si j'avais fait autre chose, les filles ne m'auraient même pas regardé. Je suis pas mal, mais je ne suis pas beau. A la Roma, je jouais mieux après un nuit de luxure. Un jour, j'ai même volé les clés du centre d'entraînement de la Roma et j'ai passé la nuit là-bas en bonne compagnie. Le lendemain, j'ai provoqué un penalty et marqué deux buts contre la Juve (4-0)."

Celui qui joue désormais à la Sampdoria de Gênes est aussi un gros mangeur. "Quand tu bouffes bien, tu prends bien. Je suis heureux quand je mange des pâtes, du pain, des gâteaux, du jambon... C'est débile de manger autant mais à 20 ans, j'étais débile ! Aujourd'hui, je ne peux plus le faire. Rester à mon poids de forme, 83 kilos, est une galère. Je peux prendre facilement sept ou huit kilos en un mois. En mars dernier, après une petite semaine à la montagne chez mon beau-père, j'ai pris... 10 kilos ! J'ai mangé de tout, du gorgonzola, de la polenta..."

A Madrid, l'Italien n'avait pas une meilleure hygiène de vie. "A Madrid, je mangeais quand on était au vert. A l'hôtel Mirasierra, un pote m'amenait tout ce que je voulais à manger dans ma chambre à 22h00."