Sports

Le torchon brule entre Patrice Evra et Jérôme Rothen !

Après la victoire et la qualification de Manchester United, Patrice Evra, un ancien Mancunien, a célébré l'exploit en chantant dans les couloirs du Parc des Princes et en manifestant sa joie dans les tribunes parisiennes, où il était accompagné de Paul Pogba.

Jérôme Rothen, consultant pour RMC et ancien coéquipier d'Evra, n'a pas du tout apprécié ce comportement. " Le pire, c’est que Patrice Evra se permet une vidéo dans le Carré (Ndlr: tribune d'honneur du PSG), entouré de gens qui paient pour que le club avance, qui sont sponsors du club, avec des anciens joueurs qui ont marqué l'histoire du club. Il se permet une vidéo comme ça… En gueulant "Ici, c'est Manchester, ici c'est cela, ici on est trop fort, I Love this game" à côté des gens qui hallucinent. Et personne ne le recadre. Comment tu peux te permettre ça par rapport à l'image du club. Je me dis qu'il y a un gros problème", argumente-t-il.

"Tu crois que Patrice Evra, avec toutes ses vidéos qui marchent bien, se permettrait ça au Bernabeu, à San Siro, à la Juventus de Turin ? Ca ne lui viendrait même pas à l’idée de sortir son téléphone et de célébrer une victoire comme ça", peste Rothen. Avant de conclure: "Patrice Evra, ton attitude est scandaleuse !"


Patrice Evra n'a pas du tout toléré ce discours! Il a répondu de façon très cash: "Espèce d’enfant de capote trouée. Pardon monsieur Rothen, en plus je l’aime bien ton père. Regarde ce que tu me fais faire. Il faut le retenir votre môme monsieur Rothen, il est en train de péter les plombs. T’es en train de péter les plombs ma petite blonde. Et ta récompense, c’est que dès que je te croise… Je vais te mettre une bonne tarte dans ta g*****."

"Tu sais que je ne parle pas pour rien. Jé, on a mangé dans la même assiette! Quand c'est des journalistes, ça me fait rien. Mais pas toi! On a joué ensemble", poursuit-il.

"Je dribblais le milieu droit offensif, le milieu droit défensif, je dribblais ton arrière droit et même parfois le gardien pour que tu arrives à faire tes centres et là tu me craches dessus comme ça ? Pas toi ma petite blonde. Je me rappelle que tu as toujours été ami avec les journalistes. Tu les appelais parce que tu étais parano avec les notes."

"Attention, toi je vais te croiser. C'est sur que je vais te croiser.", termine-t-il.