Des hommes politiques allemands ont vertement reproché au Bayern Munich son stage d'hiver en Arabie Saoudite, où un blogueur a reçu 50 coups de fouet en public le 9 janvier pour avoir critiqué la monarchie.

Raef Badaoui, 30 ans, animateur du site internet Liberal Saudi Network et lauréat 2014 du prix Reporters sans frontières (RSF), a été fouetté devant une foule de fidèles après la prière hebdomadaire devant la mosquée al-Jafali de Jeddah (ouest de l'Arabie saoudite).

Emprisonné le 17 juin 2012, il avait été condamné en mai 2014 à dix ans de prison, une amende d'un million de riyals (267.000 dollars) et 1.000 coups de fouet répartis sur 20 semaines. La première séance de flagellation a duré une quinzaine de minutes.

"Le sport a une voix si forte, mais malheureusement, ils ne l'ont pas utilisée à l'endroit où elle aurait été utile et efficace", s'est ainsi émue la présidente de la Commission des Sports au Bundestag, Dagmar Freitag.

"Les footballeurs n'ont pas besoin de se conduire en politiciens, mais ils devraient prendre conscience des questions de Droits de l'homme et montrer l'exemple", a-t-elle ajouté.

Lors de son séjour, le Bayern, multiple champion d'Allemagne et d'Europe, a notamment disputé un match amical face au club d'Al-Hilal de Ryad (4-1). Selon Sky Sports, les champions d'Allemagne auraient touché deux millions d'euros pour disputer cette rencontre.

Les Bavarois ont, eux aussi, vécu la discrimination au quotidien par l'intermédiaire de leur "team manager" Kathleen Krueger et de la nutritionniste Mona Nemmer, interdites d'exercer leur métier et contraintes de rester sur les gradins pendant le match. En Arabie Saoudite, les femmes n'ont pas le droit de travailler.

Pour Christoph Stroesser, membre de la commission gouvernementale allemande des Droits de l'homme, "il est important que nous ne fermions pas les yeux sur les problèmes de Droits de l'homme dans le sport".