Sports Sous couvert de l'anonymat, un footballeur a décrit les rapports qu'ont certains joueurs avec des filles faciles.

"Je suis le footballeur masqué. Dans les coulisses du foot français." Voilà le titre du livre qui crée actuellement la polémique dans l'Hexagone. Un footballeur, sous couvert de l'anonymat, a fait de nombreuses révélations sur la face cachée du football professionnel français. Il y a notamment un chapitre sur les rapports qu'entretiennent certains joueurs avec des filles faciles. Le journal Le Matin a publié plusieurs extraits sulfureux. Morceaux choisis.

"Pas de la chatte à vestiaires mais de la chatte à club select"

"Les soirées du dimanche au Milliardaire, c’était de la pure folie. Les soirs où il y avait des grosses vedettes façon Samuel Eto’o, là, il fallait pas rater ça. Lui, il régale et sait partager. Celui qui venait de faire le Canal Football Club, il pouvait enchaîner direct avec le Milliardaire. Sa notoriété était toute fraîche. En arrivant dans la boîte, on savait que ça allait être énorme. Ambiance cosy, murs en velours grenat, faux seins parfumés. Du tapin gros calibre, mais gratos. Du genre fournies avec l’établissement. Des Blacks foutues comme des porte-avions. Pas de la chatte à vestiaires mais de la chatte à club select. Casting de joueurs pour elle, casting de jolies bonnasses pour nous. Oui, l’argent rend le cul plus excitant. J’adorais défoncer une fille en Chanel et Prada."

Un trio pour les vedettes

"C’était drôle parce que, si l’habit fait le moine, la fille ne savait pas toujours à qui elle avait affaire. Elle ne se trimbalait pas avec son album Panini. Elle connaissait les deux ou trois grosses vedettes de la soirée, mais les autres? Et puis les grosses vedettes, il fallait se battre. La grosse vedette repartait souvent avec un trio, une blonde, une brune, une Black… Je n’ai jamais eu la notoriété pour partir avec un trio."

"Des centaines de culs"

" J’ai chopé des dizaines de filles comme ça. Sans prénom, sans âge, sans visage. Des centaines de culs de toutes les formes et de tous les parfums rêvant de devenir la nouvelle Posh de la Canebière ou des Champs-Elysées.  Le matin, je me réveillais avec une gueule de bois atroce sans un gramme d’alcool dans le sang. Des capotes pleines, sans avoir pris le moindre plaisir et amnésique sur le fait d’en avoir donné. Un numéro de téléphone sur un post-it qui finissait dans les chiottes d’un hôtel. C’était aussi misérable que grisant. Prendre, consommer, jeter et ne rien donner surtout. DSK aurait pu être footballeur. J’ai toujours pensé que c’était pareil. Le pouvoir rend les femmes folles et sans limites. La notoriété d’un footeux est un pouvoir absolu. Une généralité? Non, un constat. Le mien."

Edouard Cissé ?

Plusieurs indices dans le livre laissent penser que l'auteur est Edouard Cissé. Mais l'ancien joueur du PSG et de Marseille a démenti formellement. "Non, je n’ai pas écrit ce livre", a-t-il fait savoir dans un communiqué. Il s'est ensuite adressé à l'auteur du livre: "Pourquoi truffer ton livre d’autant d’indices emmenant à la conclusion que ce serait moi? Pourquoi te cacher derrière mon identité?" 

En attendant, le foot français cherche la taupe...