Interviewé après sa victoire lors du relais masculin à Ruhpolding en Allemagne ce samedi, le biathlète Martin Fourcade s'est lancé dans un monologue tout droit sorti du film "Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre".

Martin Fourcade avait toujours rêvé de se prendre pour Otis, le fameux scribe interprété par Édouard Baer dans le film d'Alain Chabat sorti en 2002. Et quand son coéquipier Simon Desthieux lui a demandé, en pleine interview, si c'était une bonne situation de gagner le relais avant les Mondiaux, le quintuple champion olympique a sauté sur l'occasion pour déballer le monologue qu'il connaît par coeur.

"Vous savez je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi si je devais résumer ma vie aujourd'hui, ce serait d'abord des rencontres, des gens qui m'ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, à un moment où j'étais seul chez moi", a commencé Fourcade, devant ses coéquipiers qui n'ont pas pu se retenir de rire. Pendant presque une minute donc, le biathlète de 31 ans a récité le monologue complet d'Edouard Baer, qu'il a terminé avec une petite référence au biathlon quand même, histoire d'être dans le thème : "Et finalement comme beaucoup de gens aujourd'hui me disent 'Mais comment fais-tu pour avoir autant d'humanité ?', je leur réponds très simplement 'C'est ce goût, ce goût de l'amour qui m'a poussé aujourd'hui à gagner le relais avec mes copains' ".


Une référence à "Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre" qu'a directement compris le journaliste de L'Équipe auquel Martin Fourcade s'adressait. "J’aurais rêvé qu’un journaliste me pose cette question durant ma carrière", a conclu le biathlète, qui a dû attendre qu'un de ses coéquipiers, et non un journaliste, lui tende une telle perche.