L’interprète d’ Emmène moi se confie sur le nouveau groupe formé avec Frank Delay (2be3) et Chris Keller (G-Squad).

Ils ont fait craquer les jeunes filles vers la fin des années 90 avec leur attitude de beaux gosses et leurs chansons d’amour qui, aujourd’hui encore, sont ancrées dans notre esprit. Vingt ans après leur succès, celui qui chantait "Partir un jour, sans retour", Frank Delay (2be3), a finalement décidé de revenir sur ses paroles et de faire son come-back en compagnie d’Allan Théo et de Chris Keller (G-Squad). Au grand étonnement de tous, les trois chanteurs s’associent pour former un nouveau groupe qu’ils ont fièrement nommé Génération Boys Band.

Contacté par nos soins, Allan Theo nous explique l’origine de cette idée à laquelle personne ne s’attendait. "C’est l’idée de Frank", explique celui qui en avait fait rêver plus d’une sur les paroles d’ Emmène-moi, son premier tube. "Au départ, l’objectif était de faire de petits concerts en mélangeant nos titres. Puis, on a posté une vidéo sur Facebook qui a tapé dans l’œil de France Télévisions. On n’avait pas du tout prévu l’engouement que la nouvelle a suscité par la suite. On a évoqué l’éventualité de faire autre chose que nos tubes. On a d’ailleurs déjà reçu des propositions. Mais on ne se met pas la pression. On ne voulait pas revenir en faisant les beaux gosses. On a simplement envie de chanter des chansons qui rappellent de bons souvenirs aux gens."

Vous avez également décidé de continuer votre carrière solo mais sous un autre nom, Allan Stern…

"Oui, j’ai choisi de changer de nom car c’est la première fois que je sors un projet totalement en anglais et destiné à l’international. Un producteur m’a dit un jour que je devais aller voir plus loin car un Marilyn Manson ou une Miley Cyrus n’existera jamais en France. J’ai envie de faire des choses totalement folles et, dans ce pays, ce ne sera jamais possible. Je serai toujours censuré et je ne veux plus rien m’interdire !"

L’érotisme, c’est fini pour vous aujourd’hui ?

"Non, j’ai pu lier les deux mais je ne sais pas si le côté érotique va perdurer dans ma carrière perso. Je suis remonté sur scène en faisant ce que je faisais dans mes clips. Certains aimaient, d’autres pas. On m’a parfois refusé des passages télé parce que ce que je faisais était trop trash. Peu importe, j’ai fait ce que j’avais envie de faire sans me préoccuper de l’image. Ça m’a libéré. Depuis que je me suis mis à nu (au propre comme au figuré), je ne vois plus les choses comme avant. Aujourd’hui, j’ai moins besoin de choquer, j’ai comblé un vide en quelque sorte…"

On vous a même qualifié d’acteur porno à un moment donné…

"(rires) J’avais un projet de clip à la base très chaud que j’ai tourné avec une production de films X et d’un coup, pour tout le monde, j’étais acteur porno mais ça n’a jamais été le cas. C’est d’ailleurs totalement faux !"

Qu’est ce que ces années sous le feu des projecteurs vous ont appris ?

"Que le succès ne me rendait pas heureux ! J’ai couru après et quand je l’ai eu, je me suis rendu compte que ce n’était pas ce que je voulais. J’ai été millionnaire, j’avais une moto, une voiture, je voyageais à travers le monde mais j’étais seul comme une pierre…"

G-squad : des chemins différents

Éparpillés aux quatre coins de la planète, les membres de G-squad ont chacun fait leur petit bonhomme de chemin. Parti du groupe avant sa dissolution, Gérald a posé ses valises aux États-Unis où il s’est pacsé avec son compagnon de dix ans son aîné (le couple a d’ailleurs décidé d’adopter deux enfants). Après avoir tenté une carrière à la télévision, le chanteur a continué sa carrière musicale sous le pseudonyme de D’Gey et a posé totalement nu pour un livre sorti en 2012.

Alors qu’Andrew a changé d’horizon en travaillant pour un téléphone rose gay, Marlon a, quant à lui, été aperçu dans un spot publicitaire vantant les chips Lays. Mika n’a, pour sa part, plus fait parler de lui.

Adel : "J’ai définitivement tourné la page"

Ancien membre des 2be3, Adel Kachermi est la preuve vivante que l’on peut réussir sa reconversion ! Après une longue traversée du désert ponctuée par une descente aux enfers entre drogue, alcool et dépression, l’ancien chanteur a retrouvé le droit chemin et est à la tête d’une conciergerie de luxe. Pour lui, la musique c’est du passé ! "J’ai définitivement tourné la page. Je suis très heureux dans ce que je fais aujourd’hui. D’ailleurs, je ne suis pas trop nostalgique de mes années 2be3", nous explique Adel qui se réjouit de l’initiative qu’a pris son ancien acolyte duquel il est "très proche" : "Frank m’avait parlé de cette idée. Je la trouvais vachement bien. Il s’éclate et c’est le principal !"