Sur les réseaux sociaux, Kim Glow a craqué et a appelé à l'aide Emmanuel Macron alors qu'elle était bloquée en Tunisie à cause du coronavirus.

La crise sanitaire que connaît le monde suite au développement du coronavirus crée la panique, même chez les "célébrités". Kim Glow, qui a participé à des émissions de télé-réalité telles que Les Princes de l'amour ou encore aux Marseillais, est d'ailleurs très affectée.

En effet, comme elle l'a montré il y a quelques via son compte Snapchat, la jeune femme de 34 ans était bloquée en Tunisie. Sauf que Kim Glow, elle ne sait pas tenir sa langue dans sa poche et elle s'emporte parfois un peu trop dans ce qu'elle raconte. L'émission Quotidien de Yann Barthès n'a d'ailleurs pas hésité à épingler les dires de la starlette. "L'ambassade nous dit de venir prendre un vol mais tout le monde se renvoie la balle de ping pong. Au bout d'un moment je ne comprends pas pourquoi il n'y a pas d'avion militaire qui nous rapatrie." a-t-elle déclaré, littéralement en larmes. Mais ce n'est pas tout : dans son message, Kim Glow a ajouté : "C'est rigolo deux minutes mais ce n'est pas notre pays ici. Ça ne rigole pas ici, c'est la dictature." avant de de lancer un appel au président de la République Emmanuel Macron : "Il faut un rapatriement militaire. Il faut quoi Emmanuel Macron en France ? On est bloqué là. Mais c'est une blague ou quoi ?"


Tout est finalement rentré dans l'ordre pour Kim Glow qui assure ne pas savoir ce que veut dire le mot dictature et qui n'a pas hésité à se prendre pour une privilégiée par la suite, en attendant dans un coin VIP de l'aéroport, l'avion qui allait la rapatrier.

A son retour, les polémiques se sont enchaînées pour la diva qui a une nouvelle fois été désobligeante dans ses propos. En réponse aux personnes qui la critiquent, Kim Glow s'est emportée en disant que plus elle faisait du buzz, plus elle allait gagner des sous. "Votre haine, elle m'enrichit et finalement quand je me pose,  je me dis qu'il n'y a que deux choses qui comptent dans ma vie : que mes proches soient en bonne santé et être blindée. Le reste je m'en fous", lance-t-elle avant de s'en prendre à une partie de la population. "Vous, après le corona, vous reprendrez votre petite vie de merde à travailler toute la journée pour gagner le SMIC et payer vos factures. Moi après le corona je pourrai me casser où je veux, aux Maldives ou peu importe. Moi ma vie elle est géniale."