Booba semble avoir la rancune tenace. Hier, jour de fête nationale française, le rappeur a dévoilé sa nouvelle chanson nommée “Dolce Vita”.

Un morceau, qui affiche en couverture une photo de George Floyd, qui évoque donc -brièvement- les violences policières ("un négro de plus est un négro de trop"). Mais Booba, qui avait déjà tâclé notre compatriote Angèle il y a un an sur les réseaux sociaux, en profite également pour adresser une nouvelle petite attaque à notre chanteuse belge. Un tacle qui fait référence à son tube “Balance ton quoi”.

Il y a toutes les couleurs dans le cortège/ Ce n'est pas pourtant un arc en ciel/ Enlève tout, je m’en fous de la dentelle, balance ton misogyne à Angèle/ Covid-19 est arrivé/, balance-t-il ainsi dans son second couplet. Un audio sur YouTube déjà écouté près d'un million de fois depuis hier.

"Booba ne vit que de punchlines parce que musicalement c’est le néant"

Son titre a beau s'appeler Dolce Vita, on a pas l'impression que Booba voit la vie douce... Si certains soulignent la "profondeur" de son texte -"ne confonds pas l'sang de la veine (de la veine) et l'sang des règles (le sang des règles) tu adhères ou tu niques ta mère (ta mère), ce sont les règles"-, la plupart des commentaires qui pullulent sur les réseaux sociaux défendent notre artiste. 

"Booba, faut qu’il s’arrête au bout d’un moment. Avant, c'était bien mais maintenant c’est juste un vieux daron qui essaye de clasher tous les petits jeunes qui percent dans le milieu de la musique. Franchement, un grand monsieur comme ça qui veut clasher une petite Angèle, c'est ridicule!" Ou encore: "Un jour, les gens s’apercevront que Booba ne vit que de punchlines parce que musicalement c’est le néant. C’est un petit humoriste qui tapine avec sa petite provoc' de cours de récré. Il a placé Angèle pour épicer sa soupe dégueulasse à l’autotune, parce que sinon y a rien." Tous s'accordent à dire que c'est la fin du daron du rap. "Hier, Booba clashait des rappeurs. Aujourd'hui Booba clashe Angèle. Demain Bobba clashera des enfants. Ca sent la retraite..."

Booba lui-même chante dans Dolce Vita: "L'humain est tellement généreux et à la fois tellement mauvais." Une autocritique?