Le prince Laurent est venu voir le film de son ami Jean-François Davy à Mons.

"Vive la crise !" C’est au titre du dernier film de Jean-François Davy que son équipe a trinqué hier soir à Mons, aux côtés du prince Laurent.

Ce dernier était venu expressément au Festival international du Film d’Amour pour découvrir le dernier opus de son ami Jean-François Davy. "C’est un réalisateur de talent qui a lancé un genre incroyable à une époque", nous a confié le Prince au sujet de Jean-François Davy.

Le réalisateur français nous confirme qu’une amitié s’est liée entre le cinéaste et notre prince. "Dans les années 70, je faisais des comédies érotiques", explique Jean-François Davy. "C’est un style qui a beaucoup intéressé le prince Laurent, notamment pour le côté rabelaisien de mon travail. Il avait donc voulu me rencontrer et de fil en aiguille, nous sommes devenus amis."

Quand Jean-François Davy a demandé à l’administrateur-délégué du FIFA à pouvoir inviter le prince Laurent, André Ceuterick n’a pas hésité, d’autant plus que le frère du Roi est un habitué du festival. "Ce n’est pas une visite protocolaire", souligne André Ceuterick. De fait, le Prince a débarqué à Mons tranquillement, sans chauffeur, au volant de sa voiture familiale. "Le Prince s’intéresse aux choses qui rassemblent", poursuit André Ceuterick. "Que ce soit dans la culture, le sport, l’environnement. Le FIFA est justement un événement qui rassemble, sur le thème de l’amour. Et le Prince est quelqu’un qui sait ce que l’amour signifie, quelqu’un qui connaît tout le poids de l’affectivité."

Le Festival international du Film d’Amour, un lieu qui rassemble. Idéal pour un Prince qu’on dit proche des gens ? "Tout à fait", embraie Tommy Leclercq, gouverneur de la province du Hainaut. "On retrouve dans le FIFA cette convivialité qui fait l’esprit de Mons et de notre province."

Avant de se rendre à la projection, le prince Laurent a pu trinquer avec les acteurs du film dont Jean-Marie Bigard. Enfin presque, car le prince Laurent a décliné sa coupe de Chant d’Eole. "Nous non plus, on ne boit pas. Sauf aujourd’hui", a lancé Jean-Marie Bigard, sans convaincre l’assistance. L’humoriste n’a pas hésité à balancer quelques bons mots dont il a le secret, mais que la morale nous interdit de reproduire ici. Entre le Prince et Bigard, la glace aura vite été brisée.