“Je suis sidéré par l’état de la situation”: la lutte contre la disparition des distributeurs de billets au point mort

Les négociations entre le gouvernement et le consortium Batopin sont infructueuses.

“Je suis sidéré par l’état de la situation”: la lutte contre la disparition des distributeurs de billets au point mort
©Bauweraerts D

Trouver un endroit pour retirer de l’argent liquide va devenir de plus en plus compliqué dans les prochaines années en Belgique. C’est la trajectoire attendue si les négociations entre le gouvernement, le consortium Batopin, la Banque nationale de Belgique et Febelfin n’aboutissent pas.

Le consortium bancaire Batopin a prévu de supprimer d’ici à 2025 les quelque 5 000 distributeurs de billets situés dans les agences des quatre grandes banques du pays (Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC) pour les remplacer par 2 240 points cash dans des sites neutres. Actuellement, seuls 15 % de ces points cash sont déjà en service, ce qui représente 109 emplacements sur toute la Belgique. 13 % des futurs lieux ont déjà été attribués et devraient être actifs en 2024. À ce jour, 72 % des futurs emplacements restent encore à déterminer. Si le statu quo se maintient, il pourrait ne rester que 205 points cash en 2024 contre les 5 000 points dont disposaient les quatre banques en 2019 (date du dernier comptage).

Cette situation critique fait l'objet de discussions mouvementées entre les différents acteurs concernés. Au niveau gouvernemental, ce sont le ministre de l'Économie Pierre-Yves Dermagne (PS), le ministre des Finances Vincent Van Peteghem (CD&V) et la secrétaire d'État à la Protection des consommateurs Eva De Bleeker (Open VLD) qui ont la main. Ces deniers ont demandé à la Banque nationale de Belgique (BNB) de réaliser une évaluation pour connaître le nombre de distributeurs ainsi que leur localisation sur le territoire à la date du 31 décembre 2021 afin de mieux y intégrer l'impact du projet Batopin. Les ministres veulent savoir s'il est techniquement faisable d'utiliser un critère d'accessibilité des guichets automatiques basé sur le nombre de kilomètres à parcourir par la route, au lieu du nombre de kilomètres à vol d'oiseau. Sur base des réponses de la BNB, les élus pourraient accoucher d'un projet de loi ou d'un protocole avec le secteur. "C'est ce à quoi je ne crois pas énormément pour l'instant puisque le secteur représenté par Febelfin a quitté la table des négociations", a révélé le ministre Dermagne en commission de l'Économie.

"Je suis sidéré par l'état de la situation", s'est exclamé le député Nicolas Parent (Ecolo), en découvrant l'état de blocage dans lequel se trouvent les négociations. "En attendant cette étude qui servira de base pour un projet de loi, qu'est-ce qui restera de notre réseau de distributeurs ? C'est du temps perdu. Je prends acte du report du projet de loi qui avait été annoncé à l'été. Mais cela ressemble sérieusement à un aveu d'échec."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be