En mai, tous les travailleurs du secteur privé auront droit à une indemnité vélo

L'indemnisation s'élève à 0,27 euro par kilomètre, pour ceux qui se rendent régulièrement à vélo au travail et en reviennent.

 Au boulot à vélo: c’est plus que jamais d’actualité pour bon nombre de travailleurs.
©Igor Mojzes – Fotolia

Au plus tard le 1er mai, tous les travailleurs du secteur privé auront droit à une indemnité vélo. Les syndicats et les organisations d'employeurs ont conclu une convention collective complémentaire à ce sujet au Conseil national du travail (CNT) ce mardi. Toutefois, le gouvernement doit encore approuver les mesures de compensation promises, faute de quoi la convention collective devra être déclarée illégale, note l'organisation patronale VBO.

L'indemnisation s'élève à 0,27 euro par kilomètre, pour ceux qui se rendent régulièrement à vélo au travail et en reviennent. L'indemnité s'applique à une distance maximale de 40 kilomètres par jour. Le montant sera indexé annuellement. Pour ceux qui ont déjà droit à une indemnité vélo en vertu d'une convention collective aujourd'hui, rien ne changera.

L'indemnité vélo existait déjà dans de nombreux secteurs, mais pas encore partout. Le syndicat ACV estime que quelque 15 % des travailleurs n'y avaient pas encore droit, "par exemple dans le secteur bancaire ou touristique", précise Piet Van den Bergh du service d'étude. Dans certains cas, cependant, des accords avaient été conclus au niveau de l'entreprise. Pour les conventions collectives existantes, cette convention collective complémentaire ne change rien, même si l'indemnité est inférieure à 0,27 euro par kilomètre.

11% des travailleurs utilisent le vélo

Aujourd'hui, on estime que 11 % de l'ensemble des travailleurs se rendent au travail à vélo. L'ACV espère que ce nombre pourra augmenter, car, par exemple, dans le groupe des travailleurs habitant à moins de 5 kilomètres de leur lieu de travail, plus de la moitié viennent encore en voiture. Le syndicat souligne également les effets positifs sur la santé, l'environnement et les embouteillages.

On ne sait pas combien l'indemnité vélo généralisée coûtera aux employeurs. Le Conseil central a estimé le coût à 40 millions d'euros par an en 2019, "mais cela ne représente encore que 2 % du prix de revient des voitures de société, ou 0,02 % de la masse salariale totale en Belgique", précise l'ACV. Le syndicat met également en avant les économies que pourraient réaliser les employeurs, comme la suppression des places de parking.

"Mesures indispensables"

Chez l'organisation patronale VBO, on pointe du doigt les mesures de compensation promises par le gouvernement, qui doivent être approuvées au plus tard le 1er mai. "Ces mesures compensatoires (crédit d'impôt, NdlR) sont indispensables. Dans le cas contraire, la convention collective devra être déclarée illégale, car elle viole la loi sur la compétitivité et la marge zéro", a déclaré la FEB.

L'association des employeurs est satisfaite que les partenaires sociaux soient parvenus à un accord ce mardi. "Ils ont ainsi montré qu'ils pouvaient parvenir à des accords dans des situations économiques complexes. Nous espérons maintenant que le gouvernement respectera cet accord."

Dans le secteur public, il n'existe pas encore d'indemnité vélo généralisée. La NAR fait pression pour que ce régime soit étendu.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be