Depuis le 1er février 2020, le plafond du jackpot de l’Euromillions est passé de 190 à 250 millions d’euros. Un plafond qui n’a pas encore été atteint, mais on s’en approche doucement. Ce mardi, une cagnotte record de 210 millions d’euros est en jeu. C’est du jamais-vu. Pour rappel, il faudra encore quelques semaines pour atteindre les 250 millions d’euros. Pour ce faire, il ne faut évidemment avoir aucun vainqueur, mais la Loterie nationale et ses consœurs européennes ont mis en place un système qui retarde l’échéance. "Le jackpot initial est bloqué à 200 millions. Une fois qu’il est gagné, on redémarre à 17 millions et la cagnotte pourra alors atteindre 210 millions, jusqu’à ce qu’il soit remporté. Et ainsi de suite avec un plafond final de 250 millions. Cette nouvelle limite absolue remplace donc la limite des 190 millions qui existait depuis plus de dix ans. Impossible de dire aujourd’hui quand la nouvelle limite sera atteinte mais cela prendra plusieurs années", expliquait la Loterie nationale, il y a 13 mois. Cette cagnotte de 210 millions n’augmentera donc plus jusqu’à ce qu’un chanceux la remporte. Et on sera reparti pour un cycle menant à 220 millions d’euros. Un record sera donc battu, le précédent datant de décembre dernier, quand un Français avait remporté 200 millions d’euros.

Tout cela a évidemment de quoi faire rêver de nombreux joueurs et donner le tournis. Mais quand il s’agit de gros sous, un gagnant de l’Euromillions pourrait presque être considéré comme un petit joueur dans le monde des riches. Comparaison n’est pas raison, mais ces 210 millions d’euros peuvent être mis en perspectives avec d’autres montants record.

Parlons d’abord de football et des milliards d’euros qu’il génère. On pense aux 222 millions d’euros dépensés par le Paris Saint-Germain en 2017 pour obtenir les services de la star brésilienne Neymar. C’est plus que la cagnotte en jeu ce mardi. Pensons également au joueur le mieux payé de la planète, Lionel Messi. Il y a quelques semaines, ses émoluments avaient fait les gros titres en Espagne avec ses 75 millions d’euros net annuels, hors primes et hors sponsors. Le futur gagnant de l’Euromillions ne pourrait payer ses services que pour moins de deux saisons si on prend en compte son salaire brut de 138 millions d’euros. Si on se penche en revanche sur le football belge, on se rend compte que le gagnant dépasserait les budgets du FC Bruges (90 millions), du Standard de Liège (35 millions) et du Sporting d’Anderlecht (50 millions) réunis.

Il y a aussi ces "méga riches", ceux pour qui l’Euromillions ne serait que de l’argent de poche. L’homme le plus riche de la terre est Jeff Bezos, le créateur d’Amazon. Il culmine à 157 milliards d’euros (rappelons également que son divorce lui a coûté 24 milliards d’euros…). Un milliard de plus qu’Elon Musk (156 milliards). Bill Gates complète ce podium avec 112 milliards.

On ne va évidemment pas plaindre celui ou celle qui décrocherait ce jackpot, mais ces chiffres ont de quoi montrer que cet heureux gagnant deviendrait (très) riche, mais sans rentrer dans la cour des grands. Peut-être un moyen de garder les pieds sur terre.

Et en ces temps difficiles, le ou la nouveau/nouvelle riche pourrait penser à des donations. Excluons directement le remboursement de la dette de l’État belge qui a grimpé à 417 milliards d’euros fin 2020.

Bonne chance quand même !