Quatre mois après leur dernière augmentation, les salaires et les allocations sociales vont à nouveau augmenter au début de l'année 2022 en raison d'une inflation toujours plus forte. Les employeurs plaident cependant pour un saut d'index, peut-on lire mercredi dans les colonnes du Morgen. L'indice-pivot pour les allocations sociales et les salaires dans le secteur public, qui avait été dépassé en août dernier, sera à nouveau franchi en décembre. Par conséquent, les allocations sociales et les salaires dans la fonction publique devraient être adaptés au coût de la vie, en d'autres termes augmentés de 2 %, respectivement en janvier 2022 et en février 2022.

Le prochain indice-pivot serait quant à lui dépassé en août 2022, pour la troisième fois en seulement treize mois, selon les dernières prévisions du Bureau du Plan.

"Une augmentation salariale de 6% en seulement treize mois : cela devient petit à petit impayable pour les entreprises", déclare Eric Laureys, porte-parole du Voka, le patronat flamand. À court terme, il faudra parler du saut d'index qui n'est certainement pas un sujet tabou, ajoute-t-il. "Sinon nous risquons d'être embarqués dans une spirale (infernale) salaires-prix : des salaires plus élevés entraînant une augmentation des prix, qui à leur tour poussent les salaires à nouveau à la hausse."

La FEB s'inquiète également de cette situation. Le CEO Pieter Timmermans craint un handicap de compétitivité après un handicap lié à la pandémie. Ce dernier souhaite des mesures préventives et invite les partenaires sociaux et le gouvernement à se mettre autour de la table au mois de janvier.