SD Workx a fait le calcul en comptabilisant l’aide de 5,63 euros par jour du fédéral.

Ces dernières semaines, nombreuses sont les entreprises à avoir dû mettre une partie de leur personnel, voire la totalité, en chômage économique ou chômage temporaire.

La règle de base, tout le monde ou presque la connaît : l’Onem se charge de payer 70 % du salaire brut. En plus de cela, le gouvernement fédéral a décidé d’octroyer une allocation universelle de 5,63 euros par jour pour toutes les personnes touchées par la crise. La question que tout le monde se pose pourtant, c’est la valeur nette exacte de ces allocations.

SD Workx a fait le calcul et plusieurs éléments sont à prendre en compte.

Premièrement, le calcul du chômage temporaire est plafonné sur un revenu brut de 2 754,76 euros. Les personnes ayant un salaire plus élevé doivent donc en tenir compte et n’auront pas droit à 70 % de leur salaire brut.

Appel aux banques

Et, une fois imposé, que reste-t-il de ces 70 % ? Il faut d’abord retirer un précompte professionnel de 26,5 %, pour y ajouter ensuite l’allocation universelle de 26 fois 5,63 euros.

Au décompte final, on arrive donc à un montant net maximum de 1 519,72 euros sur base de ce revenu brut plafonné à 2 754,76 euros.

À titre de comparaison, ce revenu net est de 1 004,54 euros sur base d’un salaire brut de 1 750 euros. Ces calculs sont évidemment établis sur base d’un mois complet. "La ministre fédérale du Travail, Nathalie Muylle (CD&V), a décidé que chacun recevra immédiatement une indemnité forfaitaire de 1 450 euros bruts. Le calcul final de l’allocation, y compris le précompte professionnel de 26,75 %, suivra plus tard", note encore Aurélie Vanham, experte juridique chez SD Workx, qui ajoute: " Cela signifie que la plupart des travailleurs pourront se rabattre sur un salaire compris entre 1 000 et 1 500 euros nets. Des mesures de soutien supplémentaires, par exemple de la part du secteur bancaire, sont donc les bienvenues."