Argent

Par rapport à l’an dernier, une famille paie 90 à 100 euros en plus. Damien Ernst, professeur à l’ULG et spécialiste de l’énergie, décrypte pourquoi.

Partout en Belgique, le coût de l’électricité est plus élevé que l’an dernier. “C’est catastrophique, le prix sur le marché de l’électricité est fort. Entre 2017 et 2018, il a augmenté de 25 à 30 euros/MWh", affirme Damien Ernst, professeur à l’ULG et spécialiste de l’énergie.

Pour une consommation annuelle de 3,5 MWh, une famille moyenne paie 90 à 100 euros en plus par an. Plusieurs causes expliquent le coût plus élevé sur la facture du consommateur. Tout d’abord, le surcoût se justifie pour des raisons techniques : certaines centrales nucléaires sont indisponibles en Belgique et en France. "Dès lors, nous sommes passés de 6.000 à 2.000 MW", affirme Damien Ernst. L’offre a donc diminué tandis que la demande, elle, reste constante... 

“Cette augmentation du prix n’est qu’un avant-goût, reprend notre interlocuteur. "Les politiques affirmaient qu’il n’y aurait pas d’impact. J’ai toujours dit l’inverse”, atteste l'expert. Cette diminution de l’offre d’électricité venant des centrales nucléaires n’est pas compensée par les énergies vertes. “Nous en sommes encore loin.”

Ensuite, la facture plus élevée s’explique par l’augmentation du prix du... gaz, du charbon et du CO2. Or, les fournisseurs d’énergie piochent aussi sur ces gros marchés financiers, notamment pour les centrales au gaz. Elles rejettent du CO2 en produisant de l’électricité. “Elles doivent payer un coût par tonne de CO2 rejetée et elles le répercutent donc sur le prix de l’électricté”, explique le spécialiste de l’énergie. Cette augmentation des prix vaut pour tous les fournisseurs d’énergie. 

Selon Engie Electrabel, il est compliqué de savoir si celle-ci va continuer dans les mois à venir. “Nous n’avons pas une vue complète de la situation”, nous y a-t-on confié.