La Russie, le nouveau paradis des marques automobiles chinoises

Le marché automobile russe profite désormais à la Chine. C’est un des contre-coups du départ des constructeurs automobiles occidentaux du plus grand pays du monde. Les ventes des constructeurs chinois ont explosé en 2022, et commencent à s’y ancrer durablement.

Stéphane Monsin
Usine Moskvitch
La Moskvitch 3, produite depuis novembre dernier dans l'ancienne usine Renault de Moscou est en réalité une JAC JS4 rebadgée ©Moskvitch

L’automobile est l’un des secteurs de l’économie russe à avoir le plus souffert de l’offensive menée en Ukraine. Le marché du neuf s’est effondré en 2022, en même temps que la plupart des constructeurs automobiles en claquaient la porte conformément aux sanctions décidées par le monde occidental. Renault, Nissan, Ford, Volkswagen, Toyota, Honda : tous sont partis, abandonnant derrière eux leurs filiales, leurs usines et leurs stocks pour un rouble symbolique.

Ventes doublées

Un départ précipité qui a profité aux constructeurs automobiles venus de Chine. La Russie entretenant toujours de bonnes relations avec la Chine, elle a noué un partenariat pour l’assemblage et la distribution de modèles chinois sur son territoire. Une stratégie qui s’est concrétisée rapidement, les premières voitures chinoises étant sorties de l’ancienne usine Renault de Moscou dès le mois de novembre, faisant par la même occasion renaître le badge Moskvitch.

Mais Geely, Chery, Haval, les constructeurs chinois les plus importants, ont également multiplié leurs immatriculations dans le pays. De janvier à novembre 2022, elles sont ainsi passées de 8 235 à 16 138 unités. Un score qui leur permet de s’octroyer à présent 31,3% de parts de marché, soit près d’un tiers ! Bien que celui-ci soit toujours dominé par les marques nationales (Lada, GAZ, UAZ…), les marques chinoises sont meilleures pour générer de la valeur, étant positionnées sur les segments supérieurs, délaissés par les occidentaux. En valeur ce sont donc les marques chinoises qui performent !

La Chine à l’assaut du plus grand pays du monde

Une sacrée opportunité, le marché automobile russe s’élevant à environ 800 000 immatriculations annuelles. Comme en France et en Europe, les constructeurs automobiles chinois ont le vent en poupe. Terminés les modèles bas de gamme et dangereux d’il y a vingt ans. Les voitures chinoises sont désormais bien finies, technologiques, sécuritaires, et cassent les prix en plus de tout cela. Pour 2023, elles vont renforcer leur présence dans le pays, et l’on estime déjà leur part de marché à 35% dans les prochains mois. Une présence qui devrait s’affirmer davantage dans ces prochaines années, et modifier profondément le paysage automobile, russe comme européen.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be