Les trois régions se sont mises d'accord pour introduire de concert le contrôle systématique des performances du filtre à particules sur les véhicules diesel qui subissent chaque année l'inspection automobile.

Au plus tard le 1er juillet 2022, les centres de contrôle seront équipés d'un appareil compteur de particules auquel seront soumis les véhicules diesel (voitures et utilitaires légers et de transport léger).

Cela fait de la Belgique une pionnière en Europe dans la lutte contre la fraude aux filtres à particules, se réjouissent les trois ministres - Elke Van den Brandt (Groen) pour Bruxelles, Lydia Peeters (Open VLD) pour la Flandre et Valérie De Bue (MR) pour la Wallonie.

Jusqu'à présent cependant, les centres de contrôle technique qui utilisent des opacimètres ne disposaient pas du matériel permettant de détecter l'absence ou le mauvais fonctionnement du filtre à particules. Cela appartiendra bientôt au passé et l'approche coordonnée des trois Régions évitera le "shopping du contrôle technique" puisque chaque conducteur peut s'adresser au centre de contrôle de son choix. Dans une première phase, disent les trois ministres, tous les véhicules et fourgons équipés d'un moteur diesel de la norme Euro 5b et plus récente (qui doivent donc être équipés de filtre) seront contrôlés. À terme, elles souhaitent étudier l'extension de la mesure aux camions, aux bus et aux véhicules à essence.