Ce traitement extrême et répété a un double but : étudier la déformation des véhicules en cas d’accident très violent pour en améliorer la sécurité. Mais aussi, grâce à une collaboration avec les services de secours locaux, leur permettre de s’entraîner aux situations de collisions particulièrement graves.

Cette initiative s’ajoute aux autres analyses de catastrophes en situation réelle qu’effectue Volvo depuis un demi-siècle déjà via son centre d’étude des accidents qui vient de célébrer son cinquantième anniversaire.