Auto-moto

Devant le point d’eau du palais 5, sur le plateau du Heysel, un immense camion décharge sa précieuse cargaison : quelques-unes des Volvo qui prendront place, bien au chaud, dans quelques heures, au cœur d’un des douze palais du 94e salon de l’Auto. Après le record de fréquentation établi par le petit salon l’an dernier, pour cegrand salon, marqué par une première mondiale (la Toyota Verso) et 11 premières européennes, les organisateurs sont optimistes : "On ne voit aucun signe qui nous ferait craindre de ne pas atteindre notre objectif de 500000 visiteurs", nous explique Christophe Dubon, de la Febiac.

C’est au cœur du Patio qu’il nous accueille. L’occasion de traverser un salon en grand chantier, où "près de 2500 hommes travaillent d’arrache-pied." À vue de nez, la salon est monté à 50 ou 60 %, ce vendredi. Il manque encore l’immense majorité des revêtements de sol, la plupart des finitions et surtout… 80 % des véhicules !"Amener les voitures sur le stand, c’est généralement la dernière étape. Même si chaque véhicule est nettoyé minutieusement tous les soirs, même s’ils sont bâchés avant l’ouverture, il y a pas mal de poussière et les constructeurs attendent généralement le dernier moment. Les véhicules viennent, par camion, des QG belges des fabricants."

(...)

La suite de cet article est à découvrir dans notre "Edition web" (à partir de 4,83 euros par mois).