Lancé l’an dernier en versions essence et diesel, il a été rejoint par une déclinaison électrique baptisée E-Tense. Une variante qui ne se distingue nullement de ses homologues à moteur thermique sur le plan du style, hormis par la présence d’un badge spécifique sur le hayon. Visuellement, ce DS3 Crossback étonne donc toujours autant par son regard atypique, ses nombreux chromes et, surtout, ses détails véritablement travaillés. Les feux arrière à LED, les poignées intégrées à la carrosserie pour favoriser l’aérodynamisme et le traitement des surfaces apportent une vraie touche d’élégance au petit SUV. Certes le look est bien plus clivant que celui de ses concurrents, mais l’aspect valorisant est bien réel. Toutefois, si vous accrochez peu à l’extérieur, vous risquez fort de ne pas apprécier l’habitacle. On y retrouve ce côté chic décalé, un brin baroque, et une ergonomie parfois discutable, notamment en ce qui concerne les commandes capacitives disposées en losange sur la console centrale. Mais ici encore, le sentiment premium est bien présent grâce aux matériaux de qualité, à la jolie sellerie en cuir et aux habillages soignés du mobilier et des contreportes. Baroque aussi, l’affichage de l’écran qui remplace les traditionnels cadrans face au conducteur, ce qui ne facilite pas toujours la lecture des informations. Question d’habitude peut-être.

© DS Automobiles

Récupérer l’énergie

Techniquement, ce DS3 Crossback est un cousin du Peugeot e-2008. Il en reprend donc le moteur de 100 kW (136 ch) qui offre des performances suffisantes, toujours caractérisées par les accélérations franches typiques d’un moteur électrique. Du 2008, il reprend également la batterie de 50 kWh censée lui conférer 320 km d’autonomie. Première déception donc au moment de partir au volant : l’ordinateur m’annonce 240 km avec une batterie chargée à 99% ! En utilisant le mode Eco, qui bride la puissance à 60 kW, dans les agglomérations, et en adoptant une conduite préventive pour récupérer un maximum d’énergie à la décélération (selon 2 niveaux, normal ou accentué en mode « B »), l’autonomie descend heureusement moins vite que les kilomètres réellement parcourus. Avec la météo optimale (25°C) durant notre essai, nous sommes finalement parvenus à effectuer plus de 300 km sur une charge, ce qui est une bonne surprise, même si on restera plus dubitatifs quant à l’autonomie réelle en plein hiver par exemple.

© DS Automobiles

VERDICT

Cette autonomie devrait néanmoins être suffisante pour les besoins quotidiens de la plupart des utilisateurs. A domicile, mieux vaudra opter pour une borne de charge domestique (Wallbox) pour effectuer une charge complète en 7h30. Bonne nouvelle aussi pour les longs trajets, il est possible de récupérer 80% de l’autonomie en 30 minutes sur une borne à forte puissance (100 kWh). A condition bien sûr d’en trouver une…
Reste à parler du prix, qui débute à 38.400€ en finition So Chic correctement équipée (freinage d’urgence, écran tactile, climatisation automatique, aide au stationnement…). Un tarif finalement assez concurrentiel dans le segment naissant des petits SUV électriques.

© DS Automobiles

Ses bons côtés :
- Son look décalé (à condition d’aimer)
- Son habitacle véritablement cosy
- Son chargeur 11kW fourni de série

DS3 Crossback E-Tense

Longueur : 4,11 m
Largeur : 1,79 m
Hauteur : 1,53 m
Coffre : 350 l
Poids : 1 525 kg
Consommation moyenne : 15,5 kWh/100km (WLTP)
Moteur : Electrique
Puissance : 136 ch
Couple : 260 Nm
Vitesse max. : 150 km/h
Accélération (de 0 à 100 km/h) : 8,7 s
Autonomie WLTP : 320 km
Prix de base : 38 400€