Dans quelques jours, le printemps pointera le bout de son nez. Ce sera l’occasion pour des milliers d’automobilistes de changer leurs pneus hiver et de passer à ceux d’été. "Les rendez-vous se font déjà plus nombreux", nous confirme un monteur de pneus de Charleroi.

Mais plusieurs questions taraudent l’esprit des automobilistes en la matière : quelle marque de pneus choisir, à quel prix… Pour les aider, la fédération du secteur de la mobilité, Traxio, vient d’affiner son label.

Objectif : répondre à un besoin réel car le label actif aujourd’hui, datant de 2012, manquait de clarté sur certains points. Ce qui pouvait donc amener les consommateurs à choisir des pneus qui n’étaient pas optimaux. Les performances de ceux-ci étant amoindries, cela pouvait avoir un impact négatif en matière de sécurité routière et d’émission de CO2.

Le nouveau label a également pour but que le client choisisse de lui-même des pneus plus sûrs, plus économiques et plus silencieux. "Le nouveau label offre de nombreux avantages, tant pour le client que le spécialiste du pneu, la sécurité routière et l’environnement", confirme Filip Rylant, porte-parole de Traxio.

Auparavant, il y avait sept catégories de classification A à G, il n’y en aura désormais plus que cinq de A à E avec l’objectif encore une fois de simplifier les choses.

Le nouveau label illustre de manière plus clair la qualité réelle du pneu. Il suffit aux particuliers ainsi qu’aux professionnels de comparer les différents critères afin de réaliser leur choix. Cela sera donc plus simple pour les vendeurs de conseiller et de guider leurs clients.

La communication envers le client sera plus transparente, estime Traxio, le nouveau label figurera évidemment sur les pneus mis en vente mais il sera également demandé de fournir aux clients une fiche détaillée du produit.

Cependant, selon différents monteurs de pneus sondés, ce label ne changera en réalité pas grand-chose, que ce soit pour eux ou pour leur client. "La plupart des automobilistes regardent plutôt le prix le plus avantageux que le label auquel appartient le pneu", explique un monteur de pneu.

Seuls 10 % de la clientèle s’intéresserait au label et le prix serait toujours autant privilégié à défaut, malheureusement, de la qualité du pneu.