L'Expo du Heysel a beau être la plus florissante de toutes celles proposées en Europe, elle ne fait manifestement pas que des heureux. Certaines organisations, dont Extinction Rebellion notamment, annoncent de véritables actions de guérilla pendant toute sa durée

On en avait déjà eu un aperçu lors de la conférence de presse de présentation du Salon dans les bureaux de la Febiac, à Woluwé, en décembre dernier: plusieurs organisations avaient constitué une sorte de piquet de grève (bien pacifique alors, il faut le souligner) devant le bâtiment, interpellant les journalistes conviés sur le côté indécent, presque insultant du Salon face aux problèmes environnementaux actuels.

Mais de pacifisme, il n'en est apparemment plus question à trois jours de l'ouverture du Salon de l'Auto au public ce vendredi, même si, soulignons-le aussi, il n'est apparemment aucunement dans les intentions des manifestants de s'en prendre directement aux visiteurs. C'est néanmoins un véritable plan de bataille, dont nous avons reçu tous les détails, auquel les organisteurs devront faire face.

Une question de respect

"Nous en sommes parfaitement conscients et avons pris toutes les dispositions nécessaires, nous dit-on précisément du côté de l'organisation. Nous respectons le point de vue de tout le monde et nous demandons à tous de respecter aussi le nôtre. Nous faisons beaucoup pour rendre l'automobile toujours mieux adaptée à l'environnement dans lequel elle évolue et pour favoriser la mobilité en général. Ce salon en est d'ailleurs la preuve indéniable, notamment par l'action "We are Mobility" qui permet de découvrir toutes les nouvelles solutions de mobilité."

Des actions coup de poing contre "Le Salon du Mensonge"

Mais les actions et démonstrations spectaculaires seront bien là si l'on en croit le plan d'attaque minutieusement mis au point notamment par le groupe "Extinction Rebellion".

"Les constructeurs automobiles ont menti de manière flagrante dans le passé concernant l'impact écologique réel de leurs produits (Dieselgate) et ils continuent de mentir aujourd'hui, renforçant le mythe selon lequel nous pouvons simplement continuer avec le modèle de mobilité actuel dominé par les voitures individuelles", explique-t-on chez Extiction Rebellion. "L'industrie automobile prétend s'occuper de la solution, mais tout en promouvant les 'voitures à zéro émission', elle fabrique et vend des SUV toujours plus lourds. Les voitures électriques et hybrides sont présentées comme LA solution pour l'avenir, comme une solution intrinsèquement 'propre', mais les faits concernant le véritable impact écologique et humain de l’augmentation de la production de véhicules électriques sont soigneusement cachés. La prise de conscience écologique croissante des gens est utilisée comme une nouvelle arme de marketing, pour retarder la question de l'effondrement écologique et vendre autant de voitures que possible en attendant."

"La voiture n'est plus un symbole de liberté"

" Nous ne faisons pas confiance à l'industrie automobile pour trouver des solutions en matière de mobilité ou d'écologie", déclare Lyllou Christine, s'exprimant au nom de cette même organisation. "Si l'industrie automobile veut vraiment faire partie de la solution à la crise climatique et écologique comme elle le prétend, alors elle devrait faire tout son possible pour aider à un changement fondamental et démocratique dans la façon dont nous percevons et pratiquons la mobilité. Les nouvelles voitures individuelles, grandes et puissantes, qu’elles soient à essence, à électricité ou à toute autre source d’énergie, ne doivent plus être présentées (faites) comme le symbole de la liberté et de l'accomplissement humain : elles sont en réalité l'un des boulets des chaînes qui nous retiennent."

Le ton est donné... et les actions vont suivre

Des actions coup de poing

D'après le "programme" que nous avons pu parcourir, les actions seront nombreuses et parfois très spectaculaires. Ainsi, ne vous étonnez pas si, lors de votre visite, certaines personnes s'affaissent soudainement et s'effondrent au sol en criant toutes sortes de slogans, puis disparaissent avant que la sécurité ne les repère (pour pouvoir refaire le coup ailleurs).
Des tracts seront aussi distribués, et des autocollants risquent de fleurir un peu partout sur les stands (et sur les autos). De même que des slogans peints à la bombe sur les panneaux d'informations comme... sur les voitures. On parle de peintures à l'eau "si possible biodégradables", mais quand même.
L'une des actions qui risque le plus de marquer le public est celle qui consistera à répandre du (faux) sang sur les stands et sur les véhicules. Une autre consistera à se coller littéralement aux voitures à l'aide de super glue !
On se demande quand même comment ces manifestants parviendront à déjouer la sécurité à l'entrée, laquelle sera évidemment renforcée. Ajouter ou participer à des embouteillages (à pieds!) à l'entrée du Salon de l'auto pour des organisations anti-voitures, avouez que c'est pour le moins singulier...