Alors que l’on pensait initialement que la nouvelle Maserati serait une GT s’inscrivant dans la lignée des deux modèles arrêtés l’an dernier, les premiers spyshots laissaient entrevoir un capot court et un habitacle assez avancé, architecture caractéristique des modèles à moteur central. Et en effet, le bloc de cette MC20 est bien positionné devant l’essieu arrière, juste derrière les passagers, qui ne seront plus que deux à bord.

© Maserati

Demi MC12 ?

Cette caractéristique suffit à faire de la MC20 la digne héritière de la fabuleuse MC12 qui avait marqué de son empreinte la seconde moitié des années 2000, notamment en remportant à trois reprises les 24H de Spa en 2005, 2006 et 2008. Toutefois, signe des temps, le nouveau modèle n’a plus droit au moteur V12 6 litres Ferrari mais bien à un moteur… deux fois moins imposant : un V6 de 3 litres de cylindrée. Il s’agit-là d’un tout nouveau moteur développé spécifiquement par Maserati qui, grâce à son double turbo, développe la bagatelle de 630 chevaux soit… exactement autant que son aïeule ! Un coup d’œil aux performances devrait d’ailleurs rassurer définitivement ceux qui craignaient dès lors que cette MC20 soit une supercar au rabais : 2,9 secondes suffisent à passer de 0 à 100 km/h, et la vitesse culmine à 325 km/h !

© Maserati

Déclinaisons multiples

Fait étonnant dans le paysage automobile actuel, ce moteur se passe de toute forme d’électrification. On n’y trouve pas même trace d’une quelconque hybridation légère. Maserati n’a toutefois pas renoncé à rendre son modèle plus respectueux de l’environnement, et précise que sa plateforme est étudiée pour recevoir une motorisation électrique à l’avenir. Par ailleurs, une déclinaison roadster (cabriolet) semble déjà programmée.

© Maserati

Elégance vs agressivité

Visuellement, pas de doute, la MC20 est bien une Maserati. La face avant, avec sa bouche avancée qui porte le trident – emblème de la marque – en son centre est là pour en témoigner. La partie arrière, fine, propre et sans fioriture nous rappelle que Maserati mise sur l’élégance, là où les berlinettes Ferrari ou, plus encore, Lamborghini font dans l’agressivité opulente.

Reste qu’un coup d’œil au tarif de la belle italienne nous rappelle que nous avons bien affaire à une supercar : à partir de 220.000€.

© Maserati