Auto-moto L’Audi SQ2, qui peut être aussi sage qu’un mouton ou… aussi fougueux qu’un bronco, n’a aucun équivalent sur le marché.

Il y a un véritable paradoxe à proposer une sportive haute sur pattes avec, qui plus est, une position de conduite surélevée. Après tout, si les Formules 1 proposent un poste de pilotage au ras du bitume, c’est pour que ceux qui les conduisent puissent regarder loin (en fait, le virage suivant par rapport à celui qu’ils sont en train de négocier) et ainsi mieux appréhender leur trajectoire…

Mais la folie du SUV permet toutes les excentricités quoi que ce SQ2 soit relativement discret, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Mis à part la calandre à rayures verticales et les 2 doubles sorties d’échappement à l’arrière, elle ne se fait pas trop remarquer, dans la circulation, au quotidien. Difficile en effet pour le quidam de remarquer que le châssis a été abaissé de 20 mm par rapport au Q2 de base ou que les disques ont été renforcés.

(...)