Le colosse Volkswagen vacillerait-il sur son trône ? On n’en est pas encore là, mais la menace est jugée assez sérieuse pour être clairement évoquée par Herbert Diess et Ralf Brandstätter, respectivement patron du Groupe Volkswagen et de la marque éponyme, qui s’inquiètent de la montée en puissance des constructeur Chinois. Un marché où la marque allemande est historiquement très bien positionnée, qui a vu ces derniers mois la clientèle se détourner de ses produits au profit de constructeurs locaux, notamment les plus avancés en matière d’électrification.

L’autre menace selon les deux dirigeants se nomme Tesla. L’Américain comme les Chinois produiraient "plus vite et moins cher" que Volkswagen. Ainsi par exemple, Tesla produirait ses Model 3 trois fois plus rapidement que l’ID.3, alors même que la Gigafactory berlinoise doit construire ses premières voitures dans les mois à venir.

Accélérer la transformation

Pour faire face, le constructeur Allemand doit accélérer la transformation de son usine de Wolfsburg, pour l’instant en sous-capacité, et dont la transition pour produire le futur fleuron électrique de la marque ne sera effective qu’en 2026. "Trop tard" selon Daniel Cavallo, à la tête du comité d’entreprise de l’usine interrogé par l’agence Automotive News, pour qui "le site à besoin d’une transformation plus rapide vers l’e-mobilité".