Ce mois de juin en demi-teinte pour le secteur automobile est à mettre sur le compte de la pénurie de semi-conducteurs, qui sévit depuis plusieurs mois partout dans le monde. De nombreux constructeurs ont été – et sont toujours – contraints de stopper leurs chaines de production, retardant dès lors la livraison des véhicules aux clients.

Au cours du premier semestre, le marché affiche une hausse de 7,3% par rapport à 2020, marqué par de nombreuses semaines de fermeture faut-il le rappeler. Mais par rapport à une année normale qu’était 2019, les chiffres ne trompent pas : -25,1%. Une contraction que la Febiac explique également par l’absence de Salon de l’Auto pour la première fois depuis 60 ans, qui représente habituellement à lui seul 20 à 40% des immatriculations annuelles selon les constructeurs.

Les Allemandes en tête

Les conducteurs belges semblent de plus en plus attachés aux constructeurs allemands si l’on en croit les chiffres. En juin, Volkswagen (10,44% de parts de marché) a devancé Audi (9,06%), BMW (8,89%) et Mercedes (6,81%). Sur le premier semestre, BMW reste en tête (10,27% PDM) devant Volkswagen (9,08%) et Peugeot (8,06%).