Conscient du fait de la disparition quasi complète des vrais tout-terrain purs et durs, le géant britannique de la pétrochimie Ineos s’est mis en tête d’en concevoir un lui-même. L’équipe en charge du projet aime rappeler que l’idée est née autour d’une bière dans un pub après une journée de boulot. Ce pub s’appelait Grenadier et prêtera donc son nom au véhicule.

© Ineos
Extérieurement pas de doute, le Grenadier s’inspire librement du Land Rover Defender originel. Il en reprend les formes simples et anguleuses, dictées par la praticité et les aptitudes en tout-terrain. Tout est prévu pour affronter les endroits les plus reculés et les plus difficiles de la planète, du châssis simple et robuste "en échelle", à sa généreuse garde au sol en passant par ses rails apparents dans les portières prévus pour fixer des accessoires avec des attaches standardisées. Des alimentations électriques pour ces dernier sont même prévues.

© Ineos
Plutôt que de développer un véhicule de A à Z, Ineos s’est appuyé sur de nombreux partenaires réputés pour concevoir son tout-terrain. Le moteur six-cylindres 3.0l essence ou diesel provient de chez BMW, la boîte de vitesse automatique est fournie par l’équipementier ZF, la sellerie est signée Recaro.

Le groupe britannique a par ailleurs racheté l’usine française de Smart à Hambach pour assurer la production dès 2022.

A bord: entre tradition et modernité

Si le Grenadier a déjà été présenté l’année dernière, on en reparle aujourd’hui car son intérieur vient d’être dévoile. A contrecourant de la tendance actuelle qui multiplie les éléments et écrans tactiles, Ineos prend le parti de nombreuses commandes aux imposants boutons. Un choix dicté encore une fois par la praticité, et nécessaire pour permettre une utilisation avec des gants, parfois épais dans certaines régions du globe. Ici, c’est un bouton, une fonction.

© Ineos
Cela n’empêche pas l’imposant tout-terrain de céder à la modernité, avec un large écran au sommet de la console centrale qui sert au multimédia, à la navigation, mais également aux informations de conduite. En effet, le petit écran face au conducteur n’indique que les éléments activés sur le véhicule, mais la vitesse, le régime moteur et tout une série d’informations relatives à l’usage en tout-terrain sont bel et bien affichées sur l’écran du milieu.

© Ineos
Le tout, dans une ambiance industrielle qui n’est pas sans rappeler également l’aéronautique, puisquce certaines commandes sont reléguées dans le pavillon. Pavillon qui peut, en option, être doté de deux écoutilles vitrées amovibles. Quant au plancher, il est revêtu de matériau composite de manière à être facilement lavable à l’eau.

© Ineos