Sa personnalité en fait une voiture à part entière et non un simple dérivé de la berline

BRUXELLES Toutes les marques allemandes sans exception, de Voklswagen à Porsche en passant par Ford, Opel, Audi, BMW ou Mercedes, présentent un ou plusieurs modèles de décapotables. C'est vraiment le pays de la voiture découverte, mais, parmi toutes les allemandes, c'est sans doute Audi qui a la plus grande culture de la voiture découverte, une culture qui date déjà de l'époque où elles s'appelaient Auto Union, Horech ou DKW.
Plus près de nous, l'Audi cabriolet, telle que nous la connaissons, a connu une première vie de 1991 (elle s'appelait encore 80) à 2000. Elle a été produite à 75.000 exemplaires, ce qui est beaucoup pour un modèle de niche, mais les deux tiers, environ, concernaient le marché allemand.

Plus grande

Aujourd'hui, la nouvelle génération de l'Audi 4 cabriolet a grandi. Elle a pris 21 centimètres de long, 6,2 de large et 1,1 de haut. Le coffre aussi est plus spacieux: il offre 315 litres capote fermée et 246 litres capote ouverte. Mais il y a surtout plus de place pour les occupants, notamment à l'arrière, où les passagers gagnent 6,6 centimètres aux genoux et 5,2 aux épaules, les passagers avant gagnant 3,3 centimètres aux épaules. L'habitabilité est une qualité rare pour ce type de véhicule, et rappelons qu'il s'agit d'une vraie quatre places, qui parvient, capote fermée, à offrir un Cx de 0,3, ce qui, pour une décapotable, est tout à fait rermarquable.

24 secondes pour ouvrir

Il est important de constater que la capote s'escamote totalement sous un panneau mobile, à l'aide d'un mécanisme électro-hydraulique, en 24 secondes exactement, par simple pression sur un bouton situé sur la console centrale, mais, à l'heure des toits rétractables, Audi reste fidèle à la capote en tissu, à triple épaisseur, il est vrai, ce qui procure une isolation sonore en gros progrès. Avec un plus remarquable pour la sécurité: en cas de tonneau, deux arceaux de sécurité se relèvent derrière les sièges arrière, en quelques millisecondes.
La silhouette générale s'inspire évidemment de la berline correspondante, mais c'est loin d'être une simple berline décapotée. La proue, par exemple, est plus aplatie, un peu dans le style de la TT, la poupe est plus massive.

Des moteurs puissants

A l'intérieur aussi, le cabriolet se démarque de la berline, ne serait-ce que par le tableau de bord, avec ses compteurs proéminents et ses ouïes cerclées d'aluminium.
Avec un châssis raffermi et rabaissé de deux centimètres, l'A 4 cabriolet offre un comportement sécurisant, qui ne doit rien à celui de la berline ou de l'Avant.
Pour son modèle découvert, Audi a choisi des motorisations haut de gamme: le 2.4 de 163 chevaux et le 3.0 de 220 chevaux. Du coup, le prix sera à la mesure du prestige de la voiture: 36.770 € pour la 2.4 avec boîte manuelle, 38.820 € avec boîte multitronic, 40.820 € pour la 3.0 avec boîte manuelle et 42.870 € avec boîte multitronic.