Actuellement, les différents pays ayant déjà légiféré en la matière annoncent la fin de la commercialisation des moteurs thermiques en leurs terres entre 2028 et 2035. L’Europe souhaite uniformiser tout cela, avec une date de sortie définitive commune pour tous les pays de l’Union. Si elle n’a pas encore été annoncée, le quotidien allemand Frankfurter Algemeine Zeitung croit savoir qu’il s’agira de 2035, soit d’ici un peu moins de 14 ans à compter d’aujourd’hui. "Sans cela, il y aura un manque de certitude et nous n’atteindrons pas la neutralité climatique en 2050" a expliqué Mme Von Der Leyen dans une interview au Sueddeutsche Zeitung.

Et d’ajouter que "la manière dont ils changeront leur production appartient aux constructeurs. Ils savent mieux que quiconque comment développer de nouvelles voitures et de nouveaux carburants", signifiant ainsi que l’électricité pouvait ne pas être la seule solution, notamment en fonction de l’avancée du développement des carburants synthétiques développés notamment par l’industrie automobile allemande.

D’ici là, l’Europe compte également renforcer les normes déjà étouffantes pour l’industrie auto, en revoyant la réduction des émissions de CO2 d’ici 2030 à 55% au lieu de l’objectif actuellement fixé à 37,5% par rapport aux niveaux de 2021.